La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Michel Guillou sur le débat « Le numérique, les apprentissages et la réussite de tous les élèves ».

Retourner au débat

La contribution #7

Michel Guillou
#7, le 19/01/2015 - 00:58

L’Internet à très haut débit, partout sur le territoire, sur chaque terminal de chaque classe, de la maternelle à l’Université, en rendant les acteurs responsables de leurs actes.

Les besoins en interme d'accès aux ressources et aux équipement son considérables :

  1. La priorité doit être donnée à la connectivité à l’Internet à très haut débit, partout sur le territoire, sur chaque terminal de chaque classe, de la maternelle à l’Université. Cette connectivité garantie peut s’accompagner de mesures de sécurité minimales mais cette question, notamment de l’accès à certains contenus, ne peut s’affranchir d’une réflexion éducative préalable.  Rien n’est et ne serait pire qu’une protection qui rende les acteurs irresponsables de leurs actes et de leurs engagements.
  2. L’accès aux ressources et aux équipements vient ensuite qui doit privilégier, en toutes circonstances, le projet personnel ou collectif des enseignants ainsi que valoriser tant que possible leur capacité à produire eux-mêmes des contenus. Toute démarche qui tendrait à les « décharger » de leurs responsabilités dans ces domaines pour les confier à d’autres serait vaine, à court et long terme.

8 arguments pour ∨

Vincent Courtois
#768, le 10/02/2015 - 12:34

Le haut débit avec un réseau qui ne rame pas ! Partout dans tout les lycées et collèges et écoles sup, pour les élèves comme les enseignants ! Barack Obama et la FCC ont déjà prévu un budget de 1 à 2 millards par ans juste pour ammener le haut débit dans 99% des écoles américaines: voir l'article de TheVerge (en Anglais) : http://www.theverge.com/2014/2/3/5373092/fcc-school-broadband-spending-t...

Jérôme G.
#429, le 28/01/2015 - 04:12

Bonjour,

Le très haut débit, c'est effectivement le top ! Mais en attendant, il y a aussi d'autres solutions pour augmenter la performence des systèmes, faciliter leur utilisation et baisser sensiblement leurs coût : le Cloud et une connexion Internet (digne de ce nom) dans chaque classe.

Chacun d'entre nous peut aujourd'hui afficher des textes, lire des documents, écouter du son et regarder des vidéos de manière convenable à son domicile. C'est possible à l'école aussi ! Il suffit d'abonner les vieux serveurs qui ne sont qu'en fait, il faut bien le dire que des usines à gaz complétement obsolètes et quasiment inutiles.

Le Cloud (externalisation des serveurs) fonctionne très bien de nos jours, 24h/24 et 7j/7 sans avoir à subir les contraintes inérantes à la maintenance, mises à jour et autres.

Chaque établissement a besoin d'une capacité de stockage conséquente et évolutive qui représente un volume très important si on les cumule. L'Éducation nationale pourrait de ce fait négocier auprès de prestataires, un tarif groupé si on mutualise tous les besoins ensemble. Ce qui ferait énormément baisser les coûts de location qui seraient très inférieurs à l'achat ou rachat de nouveaux serveurs traditionnels qui nécessitent installation, cablage, maintenance et gérance très honéreux. On peut même imaginer que l'E.D. crée son propre Datacenter. Mais il exite aussi des entreprises françaises très compétentes dans le domaine du Cloud qui pourraient proposer des services de qualité à un prix raisonnable...

Cordialement.

ana brandao
#29, le 20/01/2015 - 15:46

Je suis entièrement  d'accord avec Sylvain Claudel quand il dit que l'accès au très haut débit est un prérequis à tout plan numérique.

Quels projets numériques mener  avec  une connexion internet défaillante ?

Des vidéos éducatives en ligne,  qui ne chargent pas, des pages qui ne s'ouvrent jamais... et au final un nombre incalculable de séquences et projets  préparés jamais aboutis 

Nous ne sommes pas en mesure, à ce jour, de mener des séquences qui utilisent les Tice dans un grand nombre d'établissements.

 

 

 

Stéphanie de Vanssay
#11, le 19/01/2015 - 14:55

Une connexion accessible en permanence dans la salle de classe est un préalable indispensable à l'intégration du numérique dans l'école. Rappelons que dans la plupart des écoles du premier degré la connexion n'est présente que dans le bureau du directeur et dans la salle informatique (quand il y en a une) ! 
Or c'est à tout moment qu'un élève ou l'enseignant doit pouvoir consulter internet ou diffuser un message de la classe sur le réseau ! 

Les protections techniques de filtrage du réseau doivent effectivement être minimales afin de ne pas entraver l'accès aux contenus sur Internet. Si un problème survient ce doit être une occasion (réelle et en contexte) d'éduquer aux mesures à adopter dans ce genre de situations. C'est la présence vigilante de l'enseignant et sa capacité à gérer les questions qui se posent qui permettent une vraie éducation des élèves pour qu'ils apprennent à se protéger et non un programme de filtrage automatique !

Sylvain CLAUDEL
#23, le 20/01/2015 - 15:18

L'accès au très haut débit est un prérequis à tout plan numérique. Seul ce niveau de service permettra d'accéder à des contenus de qualité avec la valeur ajoutée du numérique c'est à dire le multimédia et l'interactivité.

Le plan France Très Haut Débit est un plan sur 10 ans. Il me semble opportun de mettre les moyens financiers en premier lieu sur ce plan plutôt que d'investir trop tôt dans les équipements type ordinateur/terminal ou tablette. Une école équipé de 100 appareils ne sera pas en mesure de les utiliser à leur plein potentiel sans connexion appropriée.

LROGER
#26, le 20/01/2015 - 15:44

Le très haut débit est une nécessité à la seule condition que le matériel soit à la hauteur. On a, pour beaucoup, eu l'expérience d'activité en salle info pour laquelle il faut attendre un bon 1/4 d'heure avant l'ouverture du compte de chacun des élèves. Les nouveaux outils numériques (tabletes, smartphone) permettent de pallier ce problème.

 

 

Luciel
#27, le 20/01/2015 - 15:55

Cette connexion sera de plus nécessaire à l'utilisation des technologies modernes comme le cloud qui permet la sauvegarde d'informations en temps réel ou un E.N.T solide avec des logiciels onlines pour éviter d'acheter des licences utilisateurs.

Au delà du haut débit, il faudra réfléchir à un environnement global.

Marie-Odile
#22, le 20/01/2015 - 15:10

Connexion à très haut débit, partout sur tout le territoire en commençant par équiper les campagnes comme demandé par Benjamin Bayart : http://www.slate.fr/tribune/85725/benjamin-bayart-moi-ministre-du-numerique-tribune

 

La consultation est fermée

3 arguments contre ∨

Nicolas Demengeon
#974, le 24/02/2015 - 01:12

Ce n'est pas exactement un argument contre.
La multiplication - parfois irréfléchie - des usages n'est pas anodine. Les générations qui viennent connaîtront sans doute, plus que nous, le coût économique et écologique d'internet, et les contraintes que cela suppose.
Il faudrait peut-être aussi apprendre (même sans poser la question des addictions) à savoir limiter son usage d'internet.
http://www.pourlascience.fr/ewb_pages/a/article-le-cout-ecologique-d-internet-24104.php

Olivier Renault
#217, le 22/01/2015 - 14:18

L'amélioration de l'enseignement et de la pédagogie reposeraient-ils "prioritairement" sur des éléments extérieurs? le réseau internet? des outils plus performants? le big data?la tablette? le téléphone portable?

Emmanuel
#21, le 20/01/2015 - 15:09

J'irai beaucoup plus loin pour ne pas limiter cet acces haut-déebit au seul lieu de l'ecole. L'internet haut debit doit-etre present partout, à chaque domicile comme un pre-requis à cette réussite.
 

La consultation est fermée

  • Sylvain CLAUDEL
    le 20/01/2015 - 15:15

    Site du plan France Très Haut Débit

    Autre

    Lancé au printemps 2013, le Plan France Très Haut débit vise à couvrir l’intégralité du territoire en très haut débit d’ici 2022. Pour atteindre cet objectif, le Plan s’appuie prioritairement sur le déploiement de réseaux mutualisés de fibres optiques et mobilise un investissement de 20 milliards d’euros en dix ans, partagé entre l’Etat, les collectivités territoriales et les opérateurs privés.

La consultation est fermée