La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Mathieu B. sur le débat « Le numérique, les apprentissages et la réussite de tous les élèves ».

Retourner au débat

La contribution #589

Mathieu B.
#589, le 03/02/2015 - 19:13

Un peu de bon sens...

Chers collègues et chers collaborateurs des services ministériels, je vous livre ci-après, en vrac, quelques problèmes auxquels sont confrontées notre école et notre société quant à l'utilisation des outils numériques. J'avoue ne pas avoir lu tous les sujets proposés ici et je m'excuse d'avance pour les éventuelles redondances.

Vous semblez solliciter les bonnes volontés pour créer des impulsions.

En tant qu'enseignant et observateur citoyen, je vois chaque jour les avancées du langage binaire qui est en voie de remplacer le langage parlé et écrit ( les dernières études parues sur le sujet ne sont pas encourageantes quant aux conséquences de ce phénomène, servant essentiellement des causes mercantiles). L'informatique et les réseaux ne sont que des outils. Malheureusement, l'hyperconsummérisme et le confort extrême de l'être humain dans nos sociétés occidentales ont érigé cette technologie en nécessité absolue, voire en valeur. Je pense inutile l'avertissement d'être attentif à la supplantation du réel par le virtuel. Et cela, souvent au détriment des apprentissages comme l'ont déjà signalé de nombreux internautes. L'homme devient l'outil de ses outils. Et j'observe que le progrès technologique, louable, s'accompagne d'une régression de l'expression des capacités cognitives de nos élèves. Ceci est un constat objectif, même si bien sûr le numérique est loin d'être le seul responsable. Mais au moins, sur ce dernier, nous avons la main dans nos écoles.

 

Une réflexion profonde sur les conséquences de vos politiques éducatives est à mener avant de promouvoir à fort coût ce genre d'initiative. La seule existence de ce service de promotion du numérique est d'ailleurs très discutable. Je vous donne un exemple simple : il est parfaitement inutile de pratiquer l'informatique au primaire ainsi qu'en début de secondaire. C'est une perte de temps et d'énergie pour tout le système scolaire. L'essentiel est ailleurs, parfois délaissé. Une tête bien faite (oui pour l'apprentissage des algorithmes) apprend à se servir d'un téléphone portable, d'une tablette ou d'un ordinateur en quelques jours, comme tous ceux de ma génération l'ont fait. Je ne suis pas du tout d'accord avec certains acteurs de la communauté éducative qui soutiennent que nos élèves sont à l'aise avec les outils numériques. A croire qu'ils n'ont jamais travaillé avec eux en utilisant ces outils. La navigation intelligente et efficace sur les réseaux suppose certaines connaissances et compétences qu'ils n'ont pas : définir un sujet d'étude, en délimiter les différents champs, trier et hiérarchiser des données, croiser des informations etc...enfin je ne vous apprends rien. La surnumérisation masque les carences. Ne soyons pas aveugles.

 

Je constate également la lenteur avec laquelle les responsables politiques se sont saisis de ces outils pédagogiques, livrés à la merci de concepteurs logiciels peu scrupuleux et presque toujours incompétents.

 

Le business du renouvellement des programmes est insupportable, à seul fin de faire vivre les éditeurs...et futurs concepteurs d'outils numériques.

 

Les outils numériques sont de puissants moyens pédagogiques, mais il faut les utiliser comme tels, et non comme fin en soi. J’espère que cette campagne sert d’autres intentions, celles des intérêts supérieurs de l’école.

 

Enfin, du point de vue purement fonctionnel, tout le monde constate le manque de fiabilité matérielle, l'instabilité des systèmes, le manque de pérénité des outils, ainsi que leur coût disproportionné compte tenu de leurs services. Etant donnés les enjeux financiers, le ministère doit exiger des outils performants (hardware & software). C'est loin, très loin d'être le cas.

Bien à vous

Aucun argument pour

La consultation est fermée

2 arguments contre ∨

Mathieu B.
#602, le 04/02/2015 - 04:00

C'était en fait un mail que j'ai envoyé rapidement en réponse à celui de l'EN, et que l'on m'a demandé de poster ici. C'est vrai je ne l'ai pas retouché, et il est comme une discussion informelle qui toucherait un peu à tout. Et il y a un peu de provocation pour générer des réactions.

Je suis un utilisateur régulier du numérique, mais de là à l'utiliser intensivement...lorsque les systèmes seront performants et fiables. On me l'avait promis il y a presque 15 ans, j'attends toujours...

Guillaume L
#597, le 03/02/2015 - 22:09

C'est en effet un peu "en vrac", comme le mentionne, non sans honnêteté, le paragraphe introductif...

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée