La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Jonathan Tessé sur le débat « Le numérique, les apprentissages et la réussite de tous les élèves ».

Retourner au débat

La contribution #582

Jonathan Tessé
#582, le 03/02/2015 - 17:44

Favoriser la constitution d'un écosystème de Ressources Éducatives Libres.

Les Ressources Éducatives Libres sont des ressources plus ou moins élaborées (de l'image brut au document multimédia en passant par le déroulé de séance ou encore l'outil de création de frise chronologique). Ces ressources sont dites « libres » car elle garantissent à leurs utilisateurs la liberté de les utiliser, étudier, modifier et redistribuer.

L'école produit une quantité considérable de ressources, à tout niveau, de l'enseignant au ministère en passant par les Inspections et les Académies.

Le manque actuel est que ces ressources sont bien souvent sans licence, ce qui veut dire qu'elle ne peuvent pas toujours être utilisée par les enseignants sans autorisation explicite. De plus, la propriété d'une ressource produite par un fonctionnaire dans le cadre de son travail est bien trop complexe. Ces constats expliquent en partie la difficulté à partager les ressources.

Une autre difficulté est celle liée à l'éparpillement des ressources.

Favoriser la constitution d'un écosystème de ressources éducatives libres peut passer par deux axes

  1. Imposer la mise à disposition sous licence libre de toute ressource produite grâce au financement de l'état, c'est à dire :
    • Modifier le droit de propriété des œuvres de l'esprit conçues par les enseignants dans le cadre de leur mission. Ces œuvres devraient être placées sous licence libre. L'enseignant en garde la propriété (le droit d'auteur est inaliénable).
    • Lors du subventionnement de projets d'outils ou de ressources éducatives, imposer aux bénéficiaires de mettre à disposition leurs productions sous licence libre. (manuels, contenus de tablettes, iconographie, etc.)
    • Lors de la création de ressources, les publier sous licence libre (par exemple Les Fondamentaux)
  2. Organiser l'indexation, en s'appuyant sur les normes existantes (scolom-fr). Il sera possible de créer un moteur de recherche capable d'aller chercher sur toutes les ressources éducatives libres connues avec des critères pré-définis.

Les Ressources Educatives Libres encouragent les modifications, combinaisons, réarrangements. Autant d'actions au cœur du métier d'enseignant.

8 arguments pour ∨

Véronique Bonnet
#874, le 16/02/2015 - 10:12

En effet, les ressources sous licence libre sont des outils pédagogiques très importants. Il est précieux de pouvoir indiquer à ses élèves d'aller se confronter au texte lui-même, dans gallica, et wikisource, une fois qu'une oeuvre a accédé au domaine public, ainsi que telle ou telle traduction. Et aussi de pouvoir renvoyer à des contenus qui se sont placés délibérément, dès constitution, sous une licence qui les rend accessibles et disponibles.

C'est pourquoi, au moment où de plus en plus de conférences pédagogiques sont mises en ligne, il est important que celles-ci puissent utiliser la licence CC-0 ou la licence CC-By-SA 3.0 ou ultérieure, en format ouvert, dans des conditions d'inter-opérabilité propres à constituer d'authentiques biens communs culturels et éducatifs.

Philippe Cadaugade
#872, le 16/02/2015 - 10:21

Favoriser la constitution d'un écosystème de Ressources Éducatives Libres, c'est aussi aider à la diffusion et à l'application de la Charte de la laïcité à l'école et de ses articles qui soulignent "un devoir de stricte neutralité", d'égalité devant le droit au savoir et de "fraternité de tous dans le souci de l'intérêt général", de protection du libre arbitre et d'"accès à une culture commune et partagée".

Les passages entre guillemets sont des extraits de la Charte.

Jérôme Martin
#718, le 08/02/2015 - 10:20

Beaucoup d'enseignant-es sont perdu-es en matière de droit d'utilisation de telles ou telles ressources. L'accès facilité via Internet de ressources gratuites ne signifie pas forcément que les ressources trouvées sont utilisables en classe sans payer des droits. La constitution d'un écosystème de Ressources libres favoriserait des choix éclairés pour les enseignant-Es et la formation critique des élèves  aux questions de droit d'auteur.

Rémi BOULLE
#641, le 05/02/2015 - 23:27

De "vraies" ressources éducatives libres sont nécessairement dans un format de fichier ouvert et intéropérable.

Rappelons que les DOC, DOCX et autres PPTX ne sont pas des formats ouverts. Il n'est pas envisageable de mutualiser, partager, diffuser des ressources éducatives si elles sont dans ces formats propriétaires et fermés. Le service public d'éducation dans son ensemble ne doit pas être otage d'écosystèmes propriétaires utilisant des formats fermés.

Il est devenu indispensable en 2015 que les formats ouverts soient obligatoirement le format de travail de l'Éducation nationale.

Recemment, l'April a lancé un appel en faveur des fomats ouverts dans l'éducation qui a reçu plus de 5000 signatures dont la quasi totalité des organisations syndicales, de nombreuses associations nationales de professeurs et beaucoup de professeurs moteurs sur la plan du numérique éducatif (formateurs, responsables ENT, réseaux pédagogiques, référents numériques...)

Voir ici : http://formatsouverts.education/

Eséprons que cet appel soit entendu ! :-)

 

fbarillon
#616, le 04/02/2015 - 21:33

L'enseignement aujourd'hui nécessite de pouvoir assembler des briques libres (textes, images, animations, extraits vidéos) organisés en collections thématiques afin que chacun puisse créer ses ressources ou adapter des ressources existantes quel que soit l'outil qu'il utilise.

Par ailleurs, un effort devrait être fait pour favoriser les formats de documents ouverts et adaptables à des supports multiples (ordinateur, TBI, tablette).

apitux
#623, le 05/02/2015 - 09:41

Lorsque vous publiez une oeuvre, le droit d'auteur s'applique par défaut. Sans mention de licence, il faut donc obtenir votre autorisation explicite pour chaque utilisation hormis quelques exceptions très restrictives (citation, copie privée).

Pourquoi adopter une licence libre ?

Une licence libre vous permettrait de partager vos créations tout en conservant votre droit d'auteur. Pour cela, vous pouvez utiliser notamment les licences Creative Commons : http://www.apitux.org/index.php?2005/11/11/11-les-licences-creative-commons

La licence Creative Commons BY vous permet de partager votre travail tout en préservant l'exigence parfaitement légitime de citation de l'auteur d'origine : http://creativecommons.org/licenses/by/2.0/fr/

La clause SA (Share Alike) quant à elle, vous permet d'exiger que les versions dérivées soient publiées à leur tour sous licence libre. On parle alors de Copyleft. Votre travail peut ainsi bénéficier des contributions de chacun, l'inscrivant dans un cycle d'améliorations successives : http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/

Pourquoi autoriser les versions modifiées ?

En autorisant les versions modifiées, vous permettez que votre travail soit adapté à des besoins spécifiques. Il peut s'agir par exemple d'une traduction ou d'une adaptation pour le rendre accessible à des personnes en situation de handicap.

Pourquoi autoriser les utilisations commerciales ?

La liberté est la meilleure protection contre une exploitation commerciale abusive. Il devient en effet impossible de bâtir un monopole sur la diffusion de la ressource dès lors que le public peut y accéder librement.

De plus, il est souvent difficile de déterminer avec certitude si une activité est ou n’est pas commerciale. En autorisant les utilisations commerciales, vous élargissez significativement l'écosystème dans lequel votre création pourra être diffusée, réutilisée et améliorée.

Pour en savoir plus

Libre à vous :-)

Jean-Christophe Becquet

 

jean-paul Quentin
#652, le 06/02/2015 - 09:46

La constitution d'une base éducative "libre" est un enjeu essentiel pour le rayonnement de la francophonie notamment en afrique. Il est triste de constater le peu d'outils pédagogique mis à la disposition des francophones alors que des centaines de milliards d'euros sont consacrés à l'EN chaque année.

Rattrapons notre retard  au plus vite....

Marie-Odile
#622, le 05/02/2015 - 07:31

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée