La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Luc RUMEAU sur le débat « Le numérique, les apprentissages et la réussite de tous les élèves ».

Retourner au débat

La contribution #556

Luc RUMEAU
#556, le 02/02/2015 - 17:35

L'histoire est sans doute un éternel recommencement.

Je suis depuis 2010 retraité de l'EN mais je n'en reste pas moins attaché à ce type d'initiative.
J'ai d'ailleurs largement participé à ce type de concertation:
- 1993-1996 Rapport à la DITEN (de l'époque) intitulé "Elèves en difficultés et technologies nouvelles". Voir si vous le souhaitez et suivant votre patience:
http://www.lucr.fr/diten3.html ou http://www.lucr.fr/historique.pdf ou encore http://www.lucr.fr/Rapport_Diten3_1996.pdf

- 2003-2004 Participation au "Débat national sur l'Ecole". Voir là aussi http://www.lucr.fr/debatecole.html

En tout état de cause et à mon humble niveau je me permettrais ces quelques remarques:
- l'EN dispose du plus gros budget de la nation et il n'évoluera plus jamais quelque soit la ligne budgétaire.
- le nombre de postes n'évoluera lui non plus plus jamais positivement.
- il y a toujours autant de jeunes qui quittent le système scolaire avant le terme.
Il faudrait donc enfin se mobiliser essentiellement sur ces fameux "élèves en difficultés" et effectivement utiliser avec eux ces nouveaux outils.
Pour cela plusieurs règles me semblent importantes pour ces élèves qui sont eux en grande difficulté:
- les maintenir dans leur établissement d'origine pour éviter la ghettoïsation.
- leur proposer le même cursus en le dotant d'une heure supplèmentaire dans les trois disciplines qui paraissent à priori "fondamentales. C'est à dire en français, en mathématiques et en première langue étrangère.
- construire pour chaque cohorte de chaque niveau de classes plus de groupes qu'il n'y a de classes dans l'établissement (par exemple 7 groupes pour 5 classes).
- proposer aux deux groupes d'élèves en trés grande ou grande difficulté un effectif réduit (par exemple 8 et 12). A contrario les meilleurs élèves resteraient en effectifs pleins.
- utiliser deux salles multimédias gérées et encadrées techniquement (technicien de maintenance) plutôt qu'un saupoudrage de machines personnalisées des plus "friables" dans les cartables.
- certes fonctionner en groupes de niveaux mais avec des passerelles et des remises en cause par cycles de 6-7 semaines (interval de congés).
- permettre une réelle concertation au sein des équipes et la prévoir dans les emplois du temps en termes d'heures.
- profiter des compétences des enseignants ou pour le moins des volontaires plutôt qu'institutionnaliser une démarche contraignante et obligatoire. Cela impose une remise en route et une mise à disposition d'une réelle formation continue des enseignants.
- prendre en compte en termes de salaires les efforts qui seront faits par les équipes qui accepteront des contraintes d'emploi du temps de par l'alignement sur une cohorte d'élèves d'horaires communs alignés dans les trois disciplines concernées par ce qui devient un PROJET d'ETABLISSEMENT.

Comme quoi même à 64 ans je rêve encore!!.

 

Aucun argument pour

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée