La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de thierry JEANDEL sur le débat « Le numérique, les apprentissages et la réussite de tous les élèves ».

Retourner au débat

La contribution #463

thierry JEANDEL
#463, le 28/01/2015 - 22:59

Créer (enfin !) un corps de professeur d'informatique dans l'enseignement secondaire

Je suis enseignant en DUT dans des domaines allant de la bureautqiue au web (conception de sites web) en passant par la programmation, la photo numérqiue, j'ai également été enseignant en collège, en lycée, en formation continue.

Je fais le même constat chaque année : les lycéens qui débarquent dans le supérieur ont pour la plupart une culture assez pauvre en terme de numérique. Ils croient connaître les outils bureautiques, le web mais quand on creuse un peu, qu'on les interroge on se rend compte que cet enseignement a la plupart du temps été mal fait, ou pire fait à l'envers.

Un exemple concret : le traitement de texte. A peine 5% des étudiants que je cotoie chaque année connaissent la notion de style, indispensable à la production efficace d'un document supérieur à une ou deux pages. On pourrait donner des exemples similiares pour les tableurs, l'utilisation du système d'exploitation, les logiciels de présentation assistée par ordinateur, la recherche sur internet, bref toute une quantité de fondamentaux assimilables sans problème par un lycéen voire un collégien à condition qu'on lui ait enseigné les choses correctement.

Je ne jette pas la pierre aux collègues du secondaire, si on me demandait d'enseigner la chimie ou les SVT je ferais sans doute les mêmes erreurs.

Justement on estime normal qu'il y ait un corps de professeur de SVT, d'histoire-géo, de maths, etc..., qu'il y ait un CAPES, une agrégation pour chacune de ces filières. On nous dit maintenant, à juste titre, que le numérique c'est très important, et bien commençons par le commencement et créeons un corps de certifié et pourqui pas d'agrégés d'informatique !

3 arguments pour ∨

frksr
#734, le 08/02/2015 - 23:58

Je vois poindre ici un problème de taille : le salaire.

La moindre personne un peu sensée ayant fait des études en informatique sait qu’elle vaut bien plus dans une boite sérieuse qu’à l'éducation nationale, alors oui on en trouvera peut-être qui ont envie d’enseigner. Mais se dire qu’on est entrain de faire pousser des graines d'ingénieurs qui gagneront rapidement plus de trois fois son propre salaire et bosseront peut-être sur des sujets pointes super exitants chez Google dans quelques années, ça doit tout de même faire étrange. Maintenant un informaticien pas trop doué ou motivé pour se jeter dans le bain de la vraie vie est peut-être un très bon pédagogue.

Marie-Odile
#669, le 06/02/2015 - 17:45

En attendant, parce que cette création risque de prendre du temps, il est tout à fait possible de s'appuyer sur le corps des enseignants de Technologie-Collège, qui ont déjà pratiqué ces enseignements au gré des diverses réformes. Une progression définie de tous les apprentissages cités, un horaire dédié, ne perdons plus de temps pour la réussite de tous.

 

Jérôme G.
#508, le 31/01/2015 - 05:12

Absolument d’accord avec vous Thierry pour dire que les jeunes trouvent vite leurs limites quand il s’agit d’être concrètement productif. Leurs pratiques relèvent plus de la bidouille que d’une réelle efficacité. C’est un mythe de croire qu’ils sont des génies de l’informatique sous prétexte qu’ils sont nés à l’ère de l’informatique.

Et d’affirmer que ça tombe sous le sens que de créer une filière « numérique » pour le CAPES afin de pouvoir travailler en filières générales. De plus, ce professeur pourrait être référent pour ses collègues. Mais peut-être que cette matière n’est pas suffisamment noble pour être considérée en tant que telle ?… 

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

jcj
#792, le 11/02/2015 - 18:08

Je me place dans cette case alors que finalement je suis plutôt mitigée, mais cette partie ne laisse que peu de place à la nuance.

Je suis bien sûr pour un enseignement au numérique (côté technique) et un enseignement aux média et à l'information de qualité et suivi tout au long de la scolarité.

vous proposez la création d'un Capes? Ma question est pourquoi ne pas s'appuyer sur les forces vives des établissements scolaires? 

Vous l'avez cité, les professeurs de Technologies possèdent un certain nombre de compétences au niveau informatique pour former les élèves.

Mais à vous entendre, connaissez-vous réellement la formation d'un professeur-documentaliste? le CDI est le lieu dédié aux ressources documentaires (imprimées ou électroniques) et le prof-doc a pour mission de former les élèves à la recherche documentaire via le numérique notamment. 

il possède un Capes, oui! spécialisé en sciences de l'information et de la communication, (ah bon?!)

J'ai l'impression qu'il existe une véritable méconnaissance de son existence tant du côté de la communauté éducative que des parents, alors qu'il peut être l'un des profs les mieux adaptés puisque lui-même former à cet enseignement au numérique. 

 

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée