La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Laurence Turbé sur le débat « Le numérique, les apprentissages et la réussite de tous les élèves ».

Retourner au débat

La contribution #194

Laurence Turbé
#194, le 22/01/2015 - 10:25

La sphère privée et la sphère du travail confondues

Côté enseignant, celui-ci est devenu "joignable" à tout moment par l'administration via l'EN ou l'adresse mail professionnelle. Les ENT permettent parfois un contact direct entre parents et enseignants. Cela est parfois utile mais de plus en plus intrusif. L'enseignant qui apporte déjà depuis longtemps son travail dans la sphère privée est maintenant sollicité à distance. Via l'ENT, il peut aussi être amené à répondre à des questions d'élèves.

Côté élève, le travail personnel peut être sous contrôle de l'enseignant. Via l'ENT, l'enseignant peut savoir à quelle heure chacun de ses élèves se connecte à cette plateforme. Autre exemple : "Mathenpoche" de Sésamath permet de connaitre l'heure à laquelle l'élève a fait tel ou tel exercice, combien de réponses fausses, ...

Cette confusion entre le temps de classe et le temps dans la sphère privée me pose question.

3 arguments pour ∨

Frédéric Hède
#332, le 24/01/2015 - 10:55

L'ENT est ou outil puissant. Il est vrai qu'on peut surveiller cetrains choses chez les élèves mais je ne m'en soucie pas.

 

L'iintrusion des parents est plus problèmatique, je réponds toujours aimablement et donc il est fort rare d'avoir des parents agressifs. Ils sont souvent surpris d'avoir un humain derrière....

Mais les parents sont aussi des consommateurs. Il faut faire si il faut faire ça et là je suis moins conciliant....

L'ENT est intrusif et on reçoit des mails tous les jours. Je trouve énervant (ma messagerie relevant automatiquement mon mail "pro") qu'un chef d'établissement écrive le dimanche ou que la documentaliste ne voit pas le problème pour nous écrire ce même jour !

Je dirais que cette intrusion n'est pas considérée et que ce temps de travail n'existe pas pour cette hiérarchie qui nous posent en plus des tas de réunions inutiles avec peu de substances. Mlaheureusement je suis le seul pour le moment à me plaindre de ces faits....

Bref l'ENT pollue un peu plus la vie privée de l'enseignant sans pour autant que ce temps numérique soit comptabilisé.

 

 

 

S.J.
#230, le 22/01/2015 - 17:08

Je rajouterai qu'un élève ou un parent cherchant à contacter par le biais du numérique un enseignant, attend en général une réponse rapide voire immédiate. On rajoute ainsi une contrainte non négligeable pour l'enseignant.

Quant au travail fait à la maison par le biais du numérique, comment savoir qui l'a fait réellement ? Jusqu'où va la confiance ?

Enfin, à propos du temps passé au travail, si l'élève n'est pas efficace et sur 1h de travail rêve 45 min, le temps passé n'est alors en rien significatif de la qualité et de la quantité de travail fourni.

Laurence Turbé
#227, le 22/01/2015 - 16:54

En réponse à Olivier Renault :

Un étudiant peut être connecté sans travailler à la tâche impartie surtout s'il se doute que la durée de connection est un critère d'évaluation par l'enseignant.

Je préfère évaluer le travail rendu plutôt que le comportement de l'élève chez lui.

En tant qu'élève, je n'aurais pas aimé que les enseignants sachent à quelle heure et pendant combien de temps je suis restée à mon bureau : cela relève de la sphère privée, il me semble.

La consultation est fermée

4 arguments contre ∨

Bernard Yor
#891, le 16/02/2015 - 17:38

39 ans d'ancienneté en primaire : pon travail a bien souvent interféré avec ma vie familiale. Peut-être en fait-il partie ?

Je ne crains pas trop l'intrusion, il y a des moyens de se préserver et je pense qu'une bonne utilisation permet de rendre notre travail plus efficace.

Jean-Sébastien Barboteu
#390, le 26/01/2015 - 11:06

Il ne faut pas se tromper dans l'analyse. Le numérique laisse des traces des apprentissages des élèves et bien d'autres choses.

Il est essentiel d'expliquer à quoi servent ses traces.

Les outils sont en ligne et répondent en temps réel. Nous ne sommes pas obligé de répondre dans la minute aux sollicitations. Cela nécessite également quelques explications ... à l'enseignant de proposer des modalités.

Les enseignants ne sont pas esclaves de la machine et encore moins des services de l'ENT. Il faut simplement apprendre à vivre avec et les utiliser quand on en a besoin.

Stéphanie de Vanssay
#301, le 23/01/2015 - 17:06

Cet aspect des choses n'est pas spécifique aux enseignants c'est un fait de société. Ce n'est pas facile mais la liberté de s'organiser de façon plus souple a aussi ses avantages. Personnellement recevoir un mail d'élève le week-end pour que je regarde son travail me fait plutôt plaisir et si je n'ai pas la disponibilité il attendra un peu ma réponse, c'est tout ! 

Concernant le travail à la maison on ne pouvait déjà pas  "contrôler" les conditions dans lesquelles il était fait avant le numérique... et je rappelle que les devoirs creusent les inégalités, voir notre dossier à ce sujet : https://ecolededemain.wordpress.com/tag/sansdevoirs/

Olivier Renault
#221, le 22/01/2015 - 15:47

En tant qu'enseignant je ne vois pas que faire de l'heure à laquelle un de mes étudiants se connecte. En revanche, le temps qu'ils consacrent, en dehors du présentiel, aux projets que je leur confie me parait un indicateur pertinent de leurs niveaux d'appropriation. 

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée