La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Luc Belot - Deputé sur le débat « Le numérique, les apprentissages et la réussite de tous les élèves ».

Retourner au débat

La contribution #1121

Luc Belot - Deputé
#1121, le 09/03/2015 - 17:11

Des outils mobiles pour une école ancrée dans le réel et tournée vers l’avenir

Aujourd’hui, les nouvelles générations sont nées avec les nouveaux outils numériques, les évolutions technologiques sont plus rapides que nos réactions et l’intégration pédagogiques de ces nouveaux outils.  Alors que ces dix dernières années, nous avons aménagé des salles dédiés à la pratique de l’outil informatique, nous nous apercevons que l’école a besoin d’outils mobiles, qui viennent soutenir les enseignements dispensés par les équipes pédagogiques.

L’outil numérique ne doit pas être perçu comme une menace, une pratique qui viendrait remplacer l’écrit, les connaissances indispensables mais bien comme un outil complémentaire, pour lequel nous devons y associer des usages précis. 

 

  •          Un formidable outil pour redonner aux élèves le plaisir d’apprendre et favoriser la réussite de tous les élèves

 

Un des outils pour combattre la fausse fatalité de l’échec scolaire, c’est de préparer nos enfants au monde de demain, pour qu’ils en soient des acteurs et non des sujets. Chaque jeune citoyen français doit être pleinement instruit des potentialités du monde numérique qui l’entoure.

1 élève sur 5 qui entre au collège ne maîtrise pas correctement la lecture ou l’écriture. Ce premier chiffre nous pousse à agir, à donner la priorité à l’éducation. Depuis 2012, nous avons apporté des réponses, en donnant plus de moyens à l’école, en retravaillant les programmes, de la maternelle à la terminale, pour qu’ils soient mieux adaptés à la réalité de notre société. Nous avons choisi de renforcer l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. C’est dans cette optique que nous devons collectivement repenser l’apprentissage du numérique pour qu’il accompagne l’apprentissage des fondamentaux. 

L’Ecole de la République doit redevenir celle de l’égalité des chances, de la réussite pour tous et de l’épanouissement de nouveaux talents.

Les enseignants du primaire construisent, inventent, s’adaptent sans cesse pour répondre aux besoins de leurs élèves, nous ne le disons pas assez. Si nous réussissons à associer leur inventivité aux outils numériques modernes, nous aurons les deux atouts complémentaires qui vont rendre la réussite scolaire possible. Le numérique est un formidable outil pour redonner aux élèves le plaisir d’apprendre. Les dalles numériques, par exemple, permettent aux enseignants de travailler facilement sur la syntaxe ou la grammaire en faisant glisser les mots pour les mettre dans l'ordre ou en mettant en évidence certaines fautes.

 

  •          Arrêtons l’informatique, passons au numérique

 

Mais il ne faut pas confondre Informatique et Numérique. Depuis le milieu des années 80 et le plan Informatique Pour Tous, l’Education Nationale a peu fait évoluer sa réflexion sur les outils. Nous en sommes restés à l’informatique comme outil technique : traitement texte, rédaction de mails, recherches sur Internet ; ou aux exerciseurs qui ne font que transposer sur un nouveau support ce qui se faisait sur papier …

L’école doit faire sa mue numérique. L’outil seul n’a aucune importance. Il n’apprendra jamais rien de solide et durable aux élèves. Par contre les outils numériques sont les supports de cette nouvelle pédagogie au service des apprentissages de base, mais aussi et surtout de la différenciation, de la remédiation, du travail en autonomie ou en petit groupe. Loin d’un modèle descendant ou magistral, l’enseignant adapte sa pratique aux réalités de sa classe, aux difficultés de quelques-uns, à la réussite pour tous.

Alors que nous sommes le 2ème pays au monde pour l’équipement de notre administration, la France est en retard en matière de numérique à l'école : 8ème rang européen pour l'équipement de ses établissements secondaires, au 12ème rang européen pour ses écoles et au 24ème rang pour ce qui est de l'accès à l'outil numérique et sa maîtrise dans un contexte pédagogique.

Les ordinateurs de fond de classe et autres salles informatiques doivent être remplacés par des chariots numériques connectés avec tablettes. Nos tableaux noirs, blancs et même nos premières générations de vidéoprojecteurs interactifs doivent céder la place aux dalles numériques connectées. Le passage au numérique c’est également la mise à jour plus fréquente des manuels, des contenus interactifs donc plus attrayants, avec la possibilité d'enregistrer sa voix chez les élèves non francophones pour faciliter l'apprentissage de la langue, et beaucoup d’autres possibilités.

Les adultes d’aujourd’hui découvraient il y a peu ce qu’était d’ « aller » sur Internet, les futures générations seront en permanence « dans » Internet. C’est pourquoi il est indispensable que tous les élèves, dès le plus jeune âge, apprennent  à coder et soient initiés à la Programmation. Il ne s’agit pas d’en faire tous de futurs ingénieurs, mais bien de répondre au double enjeu de la compréhension et de la maîtrise des usages, de préparer les générations futures à évoluer et comprendre le monde connecté dans lequel ils vivront. Au-delà des usages, ce sont aussi les « principes » de collaboration, d’ouverture, de partage, de travail en plusieurs phases successives (itération).

 

  •          Le numérique au secours de la fracture territoriale 

 

Les espaces ruraux de faible densité sont par définition isolés, mal desservis et peuvent avoir des difficultés à s’équiper en outils numériques. Ce sont ces zones fragilisées (Gabriel Dupuy) qui souffrent de plus en plus de la fracture numérique, et par ce biais ce sont les enfants des zones rurales qui portent cet handicap. Les programmes et l’enseignement scolaire doivent être le même sur tout le territoire national pour donner la même chance, telle est la promesse de l’école Républicaine. Or, nous nous apercevons que le numérique peut accentuer une fracture déjà existante, celle de la fracture culturelle. L’équipement des écoles en outils numériques est une des réponses permettant de répondre à cet éloignement géographique, ils permettent d’ouvrir le champ des possibilités et des contenus en donnant le même accès pour tous, celui d’internet et de la richesse d’informations qu’il contient.

Le plan numérique rural, développé en 2009, dans les écoles a permis d’équiper leurs classes en outils et matériels informatiques. Toutefois, l’équipement en informatique n’est pas toujours synonyme  d’utilisation qui dépend parfois de la formation des enseignants à ces nouveaux outils et du temps de mise en place de l’activité. 

Ainsi le rapport consacré à l’enseignement des mathématiques à l’école primaire (2006) note que « le recours à l’informatique pour l’enseignement des mathématiques relève de l’exceptionnel. Aucune séance n’a été observée dans un contexte où chaque élève serait devant un poste informatique. Les ordinateurs de fond de classe souvent présents sont vraiment peu utilisés pendant les temps dédiés aux mathématiques ».

Cette question de l’équipement est centrale, beaucoup d’écoles pensent aujourd’hui à modifier leurs équipements et surtout leur salle informatique où les élèves se déplaçaient pour des temps informatiques programmés. Aujourd‘hui, la mobilité des outils numériques comme les tablettes et leurs utilités pédagogiques transversales rendent l’utilisation des tablettes plus faciles. L’enseignant peut ainsi avoir besoin de cet outil à différents moment de l’apprentissage, pour des courts moments, pour illustrer des sujets précis (placer un pays sur une carte, illustrer une notion avec une vidéo …).

 

Aucun argument pour

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée