La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Association FADBEN sur le débat « Le numérique, les apprentissages et la réussite de tous les élèves ».

Retourner au débat

La contribution #1044

Association FADBEN
#1044, le 06/03/2015 - 08:45

La libération des ressources numériques

Les professeurs documentalistes ont très rapidement pris en considération le développement des ressources numériques, sans toujours trouver un écho favorable chez les autres enseignants, pour qui le recours à ce support est encore inégal. La catégorisation des ressources, selon les différentes acceptions du terme, permet pourtant d'avancer.

La ressource numérique est d’abord perçue comme ressource logicielle. Il s'agit d'outils numériques, choisis dans chaque domaine d'enseignement, avec un souci de mise en valeur du logiciel libre selon les préconisations ministérielles (1), volonté que l'on peut respecter aujourd'hui plus aisément dans l'enseignement général que dans les voies professionnelles et technologiques. Cette question des ressources logicielles rejoint la question technique de l'installation et de la maintenance, avec des difficultés importantes, à ce jour, dans les EPLE, pour répondre favorablement aux « besoins » des différents enseignants. C'est un obstacle majeur au développement du numérique à l'école, auquel sont attribués des moyens limités. La question des ressources logicielles pose aussi le problème de la gestion des outils, et plus globalement du respect interindividuel des professionnels qui peuvent être associés à leur gestion. Ainsi, on constate encore que les professeurs documentalistes peuvent éprouver des difficultés à être considérés comme enseignants dans le cadre d’accès contraints aux systèmes d'information, aux ENT, aux réseaux, sans que les raisons soient d'ordre technique. Pourtant, avec une liberté d'investissement qui leur est chère, les professeurs documentalistes peuvent participer à la gestion des outils numériques, dans la limite de leurs compétences professionnelles, parfois soutenues par des formations continues. Ils sont ainsi qualifiés pour développer, s'ils le souhaitent et dans le respect des instances décisionnaires des établissements, le travail d'éditorialisation numérique de l'établissement, à travers son site web, d'autres plateformes en ligne et son ENT. Cette activité éditoriale, liée à un riche travail de rédaction qui, bien souvent, peut associer les élèves dans le cadre de projets pédagogiques, est un aspect essentiel du développement numérique pour l'école.

Il s'agit ensuite de ressources documentaires pour les enseignants, souvent du ressort de chaque discipline, voire de chaque enseignant dans les établissements. S'il ne faut pas contraindre les enseignants à passer systématiquement par un référent pour établir une commande, il peut être intéressant, pour ne pas dire indispensable, de favoriser l'enregistrement des ressources dans le catalogue du Centre de Documentation et d'Information afin que tous les personnels de l'établissement, et en particulier les nouveaux venus, retrouvent aisément les ressources acquises. Cela vaut d'autant plus pour les ressources numériques destinées aux élèves. On constate que leur acquisition n'est pas toujours du ressort des professeurs documentalistes, alors que cela reste la règle pour les ressources imprimées. Il s'agit là encore de favoriser la cohérence d'un projet documentaire qui permette l'accès de tous aux ressources numériques.

Qu'il s'agisse de l'accès aux outils, aux réseaux, aux ressources, ou encore de la gestion éventuelle de manuels numériques, il est indispensable que les personnels de direction et d'administration disposent d'une formation convenable, afin d'avoir un pilotage objectif, en connaissance de cause. Il s’agit de maîtriser simplement la gestion de certains pôles, et au premier chef la gestion d'un ENT et des manuels numériques, qui ne peuvent être délégués aux professeurs documentalistes ou aux référents pour les usages pédagogiques numériques, par exemple, de même que la gestion des manuels imprimés est bien du ressort des services administratifs de l'EPLE.

Qu'il s'agisse de ressources numériques documentaires ou de fiction, il convient de maintenir un accès et un financement suffisants pour les établissements scolaires. C'est le sens de l'engagement de la FADBEN au sein de l'IABD : promotion de l'open data, extension de l'exception pédagogique, développement de ressources libres. Mais l’enjeu tient également au maintien de budgets d'acquisition qui garantissent la stricte indépendance des établissements et des professeurs documentalistes dans le choix des ressources numériques proposées par les éditeurs.

Sous-jacente, c'est la liberté pédagogique même des professeurs documentalistes qui est ici en jeu dans le choix des matériaux et des supports didactiques qui, dans le contexte numérique, peuvent ressortir des savoirs de référence de la profession. On ne saurait, en ce qui les concerne, distinguer le web de ses ressources, en la matière objet et sujet d'enseignement.

 

NOTES

(1) Orientations pour l'usage des logiciels libres dans l’administration. 19 septembre 2012. Disponible sur http://circulaire.legifrance.gouv.fr/pdf/2012/09/cir_35837.pdf

Aucun argument pour

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée