La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de olivier fourrier sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #98

olivier fourrier
#98, le 21/01/2015 - 10:36

Du Numérique à la classe inversée, une Révolution intérieure

Le Numérique permet la classe inversée, une Révolution

Les besoins : connection, tableau numérique, vidéo projecteur, site du prof, ordinateurs ou tablettes élève individuels...

Nos élèves reçoivent toutes les ressources sur notre site (http://histographie.net/) spécialement conçu pour notre enseignement depuis 2008 : les cours, des fiches repères, des documents audiovisuels, des accompagnements Internet, des évaluations avec corrigés pour certaines, des cours enregistrés en MP3 pour les élèves dyslexiques par exemple, des QCM, des tests et des quizz en ligne pour s'auto-évaluer, des liens...

Les cours ne sont plus copiés en classe mais tous les savoirs et savoir-faire de l'enseignant sont consultables au domicile. Le temps libéré en classe permet d'organiser des activités, des projets et des échanges qui donnent un sens à l'enseignement et aux rapports enseignant-enseignés.

Beaucoup de possibilités sont ainsi offertes, ajustables en fonction des niveaux, des difficultés, des intérêts et même du temps scolaire : travaux dirigés, étude de cas, recherches, exposés, croquis, cartes mentales, tâches complexes… La finalité est de passer d'un modèle vertical centré sur le professeur à un modèle horizontal centré sur les élèves et leur professeur (classe modulée en îlots) afin de répondre aux besoins individuels tout en permettant de travailler avec et en groupe selon les activités.

L’enseignement en classe inversée et par compétences offre une plus grande liberté d’enseignement, plus ciblée et ce qui permet d’individualiser le plus possible l’enseignement.

Les tâches complexes permettent aux élèves de penser par eux-mêmes et de développer leurs sens critique afin d’être autonomes. Ils mènent à bien un projet en équipe de sa conception à sa réalisation. Ils augmentent leur savoir et leur savoir-faire en le construisant avec d’autres. Savoir travailler en équipe de 2, 3, 4 voire 6 (exemple : une commission pour rédiger la VIe constitution française) est en soit une compétence à acquérir mais c’est aussi acquérir des compétences communicatives, inter-relationnelles, inter-réactionnelles, interculturelles et stratégiques. L’enseignement disciplinaire ne se suffit pas à lui-même. La créativité, l’autonomie, l’esprit critique générés par les tâches complexes font intervenir des compétences générales et transdisciplinaires. La réalisation des tâches complexes rend les élèves acteurs de leur apprentissage. Ils prennent plaisir à apprendre. L’apprentissage devient ainsi central dans le cours et dans bien des cas l’évaluation est intégrée à l’apprentissage. Apprendre à apprendre, apprendre à penser, en parallèle de l’enseignement des savoirs, il s’agit de développer chez eux la conscience de leur savoir, de leurs compétences. La réalisation finale d’une tâche complexe ou son échec permet d’observer ses erreurs et de les corriger. L’élève est donc évalué durant ses apprentissages, dans ses productions et s’auto-évalue également.

3 arguments pour ∨

SylvainCNED
#1024, le 03/03/2015 - 22:21

En effet la classe inversée est une application très pertinente du numérique permettant d'optimiser le temps en classe. Les "heures de classe" sont ainsi consacrées a des moments d'échanges et d'activités pédagogiques dynamiques entre les apprenants et l'enseignant.

Il n'est par ailleurs pas forcément indispensable d'avoir recours à l'utilisation de contenus pédagogiques hautement médiatisés (vidéo, exercices interactifs) gourmands en bande passantes, pour initier cette démarche.

Toutefois le rôle de l'enseignant est effectivement fortement modifié, il n'est plus dans la posture de l'orateur détenteur du savoir mais dans celui du guide pédagogique qui va accompagner l'élève dans son apprentissage. Cette remise en cause du métier de l'enseignant est peut-être une barrière morale tout aussi imposante que l'utilisation même de l'outil numerique ?

Bulle d'Espérance
#381, le 25/01/2015 - 21:05

Depuis le début de l'année, je fais travailler les élèves essentiellement en tâches et situations complexes. Les évaluations ne portent désormais plus que sur des tâches ou situations complexes également. Fini d'interroger les élèves sur des connaissances seules où l'on ne vérifie finalement pas si un élève sait les utiliser ou s'il a tout simplement mémorisé! Toutes ces pratiques s'inscrivent de manière cohérente, me semble-t-il, avec le socle commun de connaissances et de compétences. Je me régale cette année, car je trouve les élèves plus motivés et leurs productions sont de bien meilleures qualités. Ils ont le souci de bien prendre en compte les critères de réussite qui leur sont proposés, progressent tous, et nombreux sont les élèves qui se trouvent en situation de réussite. 

La pratique de la classe inversée, que je teste depuis peu, est d'une très grande richesse. Je n'osais pas auparavant, de peur que les difficultés informatiques prenne le pas sur le bon déroulement des cours. A chaque point de "cours" mis en ligne sur leur site de cahier de textes et notes, je glisse un questionnaire papier ou numérique afin d'être en mesure de vérifier que les élèves ont bien réalisé le travail demandé. En classe, nous pouvons désormais ne faire que des activités et différencier est beaucoup plus simple. Je suis ravie! Il faut toutefois être plus souple et accepter le temps nécessaire à la mise en route de ces pratiques pédagogiques. Après, cela se fait "naturellement" et les élèves trouvent cela valorisant. 

Du côté des parents, cela permet également d'avoir un regard différent sur le contenu des séquences et d'aider leurs enfants de manière plus détendue (ils regardent les vidéos, les aident à manipuler les outils numériques, ...). 

Je trouve qu'il s'agit avant toute chose de revoir sa façon d'enseigner et de changer son regard sur l'élève avant même d'essayer de s'engager dans l'utilisation du numérique. Petit bémol : dans mon établissement, peu de professeurs travaillent de cette manière, ce qui oblige à justifier (en tout cas au départ) tout ce que l'on propose de nouveau et différent. D'autre part, les élèves peuvent être déstabilisés de voir tant de méthodes différentes... Une mutualisation et un travail non pas disciplinaires mais méthodologique et de mise en commun des pratiques serait d'un grand recours!

Hervé Lalimace
#148, le 21/01/2015 - 18:13

Pour avoir mis en place simplement l'année dernière (et cette année) une classe inversée avec un CE1 puis un CE2, quelle joie de voir ces gamins qui "décrochent" se mettre finalement à comprendre car ils avaient vu la vidéo le soir avant la leçon... Et contrairement aux idées reçues, même les familles en difficulté financières ont accés à ces vidéos: souvent, la télé par le cable leur fournit un accès à internet, c'est l'équipement (ancien téléphone, tablette à 40 euros) qui fait défaut... Mais la débrouille est reine.

La consultation est fermée

3 arguments contre ∨

taddei philippe
#1100, le 08/03/2015 - 21:00

Le principe de la classe inversée me fait rêver.

Mais je suis enseignant en REP+, mes élèves contrairement à mes enfants ne disposent pas d'une pièce dédiée avec accès haut débit, ni d'un papa qui a fait quelques études et peut remettre sur les rails lorsque la vidéo est mal comprise.

J'attends des moyens qui seront investis dans le numérique qu'ils aident à la réduire la fracture sociale, pas à l'accentuer (dans le but totalement égoïste que cette fracture n'explose pas à la figure de mes propres enfants).

flo_lafouch
#242, le 22/01/2015 - 21:49

En fait je ne sais pas dans quel colonne écrire.

Oui le cable n'est pas partout mais la couverture nationale n'est pas mauvaise. Au pire les documents et vidéos peuvent être téléchargés sur un clé pour emporter à domicile.

Là où je suis dubitative : des élèves qui déjà depuis longtemps n'apportent plus leurs affaires et ne font plus leurs devoirs, comment leur faire prendre le tournant? La classe inversée ne fait encore pas la motivation...

Bac Pro Sécurité Prévention
#203, le 22/01/2015 - 11:06

Et paf.... on reparle de TV câblée... Mais SORTEZ DE VOS VILLES........

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée