La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Philippe TASSEL sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #917

Philippe TASSEL
#917, le 17/02/2015 - 16:24

Réussir le numérique !

 

Faire confiance aux professeurs des écoles
Le numérique oblige à faire confiance au professionnalisme des professeurs des écoles pour :

  • travailler en liaison avec les formateurs TICE,
  • explorer, débroussailler, avoir le droit de s’égarer, analyser leurs pratiques, les faire évoluer,
  • choisir les outils utiles à leurs intentions pédagogiques, y compris des outils non institutionnels, sans le frein des autorisations systématiques,
  • respecter la confidentialité de l’identité et des données des élèves sur les réseaux sociaux, les applications et services en ligne,
  • éveiller, chez les élèves, le goût du débat et de la mise à distance des contenus rencontrés.

Enseigner autrement
Le numérique, c’est chercher, produire, communiquer, échanger, collaborer, construire, se tromper, refaire.
Les enseignants d’aujourd’hui ont eux-mêmes appris avec une pédagogie magistrale. Une culture de la pédagogie de projet est donc à construire. Non par injonctions et par tableaux bord, mais en favorisant, chez les professeurs des écoles l’initiative, la recherche, l’échange, l’analyse, la réflexion personnelle permanente en lien avec leurs réseaux professionnels.

Former et accompagner
Depuis trente ans les formateurs TICE du 1er degré se sont construit une solide culture du numérique sans cesse actualisée, analysée et reconstruite. La pérennité de cette culture est assurée par un ensemble cohérent d’outils de confrontation d’idées et d’expériences, ainsi que de dispositifs pour en conserver la mémoire.
Ils connaissent les enjeux du numérique pour notre société et notre avenir.
Ils font une veille pédagogique, une veille technique et une veille citoyenne.
Ils connaissent les leurres, les intérêts et les difficultés du numérique.
Proches du terrain, ils forment et accompagnent les professeurs des écoles, suscitent des engagements, suggèrent des pistes, débloquent des situations, favorisent les échanges entre pairs et soutiennent les expérimentations.
Ils aident à la régulation des pratiques pour qu’elles respectent une éthique professionnelle.

Équiper
La première urgence est d’équiper chaque classe d’un ordinateur, ou d’une tablette, connecté à un réseau rapide, avec un vidéoprojecteur fixe.
Très rapidement, chaque classe doit être équipée d’un pôle de trois à cinq ordinateurs, ou tablettes, connectés, disponibles en permanence.

2 arguments pour ∨

Tru Do-Khac consultant numérique auteur de MOOC
#1066, le 07/03/2015 - 13:24

Bonjour,

on peut vous lire

"chaque classe doit être équipée d’un pôle de trois à cinq ordinateurs, ou tablettes, connectés, disponibles en permanence".

Cela devrait régler les moyens pour "utiliser" les pédagogies numériques en classe.

Il reste néanmoins à produire ces pédagogies et pas seulement dans les classes.

Voici un outil individuel gratuit [1] d'auto-édition et d'auto-publication de modules de cours en ligne (video + quiz) qui permet à l'enseignant de décider en totale indépendance du régime d'accès, du régime de droits d'auteur et des régimes des données et traces d'apprentissage personnelles

Site de la genèse de cet outil

[1] Gratuit : pour les enseignants, les parents, les enfants, les collectivités locales et l'Etat,  dès lors que l'enseignant a un PC et un accès internet.

Pierre Marie
#918, le 17/02/2015 - 17:09

Obtenir la bienveillance d'un système hiérarchisé qui se méfie de celui qui en sait plus que le "chef"...

Ou qui n'est perçu comme utile que lorsque l'ordinateur, la messagerie, Base élèves, etc. est en panne.

Ou quand le CPC de la circonscription ne s'en sort pas avec la dernière enquête à traiter dans exc..., pardon, dans un tableur...

Mettre en oeuvre les communautés de pratiques.

 

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

elsass leonie
#935, le 18/02/2015 - 22:10

1- le problème est qui fait les frais des erreurs des professeurs ? les écoles ? les élèves ? les parents ?

2- en intégrant ces solutions dès la formation initiale, et en permettant aux jeunes qui se destinent à la profession de faire des stages de réflexion sur les pratiques innovantes, on obtient des nombreux effets positifs qui forment un cercle vertueux.

a) les jeunes arrivent formés et ont réfléchi à comment faire autrement avec des enseignants participant à la formation universitaire donc des chercheurs dont c'est le métier.

conséquence : une compétence acquise et une volonté d'innovation chez les jeunes stimulées, directement transférables.

b) il y a des bénéfices pour les élèves et les titulaires en poste, par le transfert des compétences sans avoir les écueils d'échecs cumulés sur l'année.

des échanges entre jeunes et anciens qui décomplexent les anciens et valorisent les jeunes. un travail en binôme qui peut stimuler des enseignants qui se trouvent en situation de découragement ou n'osent pas avec les équipes en place dans l'établissement.

c) on arrive enfin à faire interagir les classes et la recherche pour le bénéfice des élèves. les jeunes arrivent sur le poste avec une première expérience qui les rend plus à l'aise avec la gestion de classe.

 

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée