La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Stéphanie de Vanssay sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #9

Stéphanie de Vanssay
#9, le 19/01/2015 - 13:52

Le numérique un levier pour les pédagogies actives et inversement

Le numérique, parce qu’il est fondamentalement lié à la communication et à la contribution collective, remet à l’ordre du jour les pédagogies actives et de projet.

 

La pédagogie Freinet par exemple peut intégrer de façon naturelle le numérique pour s'exprimer, produire des écrits (ou des images, vidéos...), les publier et répondre aux réactions éventuelles qu'ils suscitent.

 

Et inversement le numérique, parce qu'il suppose des élèves acteurs par rapport aux contenus qu'ils doivent chercher, trouver, trier, valider, synthétiser, remixer ou même produire de bout en bout, suppose la mise en oeuvre de pédagogies actives et de projet.

 

De même le travail collectif est plus que jamais à l'ordre du jour : travailler ensemble, coopérer, collaborer, contribuer... doivent absolument être des modalités travaillées à l'école avec et sans numérique.

 

 

7 arguments pour ∨

Muriel Epstein
#1051, le 06/03/2015 - 17:24

C'est ce qu'on est en train de montrer avec notre enquête sur le numérique... on espère publier bientôt.

Il y a des effets amusants. Par exemple, c'est la pénurie de tablettes qui conduit à du travail d'équipe

Véronique Misery
#778, le 10/02/2015 - 16:03

Bonjour,

Plus que jamais d'accord avec ces quelques propositions.

J'y ajouterai un point fondamental : que le MENESR prenne en compte les nouvelles activités que le numérique induit pour les enseignants, à tous les niveaux (primaire, secondaire, supérieur).

Marie-Camille Coudert
#273, le 23/01/2015 - 11:54

Le numérique, associé à la classe inversé, permet à l'enseignant d'être plus disponible pour aider les élèves à collaborer. Dégagé de la notion de "faire cours", il peut passer du temps à accompagner les équipes et à apprendre aux élèves à travailler en colllaboration.

Le numérique permet aux élèves travaillant en équipe de continuer à travailler ensemble hors du temps de la classe, lorsqu'ils ne sont plus ensemble physiquement.

Romance Cornet
#134, le 21/01/2015 - 16:22

J'adhère totalement.

Je travaille dans ma classe en mélant à la fois Freinet et à la fois la PMEV et la coopération, le travail en projet sont déjà des habitudes dans ma classe.

Les outils numériques ont donné une dimension plus réelle encore à ce fonctionnement. Ils n'enlèvent pas le quotidien mais le complètent. Dans ma classe, l'utilisation du numérique, des réseaux sociaux fait partie intégrante de l'éducation aux médias, de l'apprentissage de l'autonomie.

La moitié de mes élèves a un compte facebook (CM1/CM2) et plus que jamais ces élèves ont des tablettes, des téléphones portables, des téléviseurs dans leur chambre... En tant qu'enseignante, je ne dois pas occulter cela. Au contraire, j'essaie par les projets en cours (#twictée, #contes,...) de leur montrer qu'un réseau social ou un ordinateur doit être utilisé pour apprendre, pour comprendre, pour communiquer, échanger des idées.

Les règles instaurées en classe pour l'ENT et twitter sont autant de règles qu'ils apprendront à ré-investir à la maison.

Quand ils font des recherches, je leur apprends aussi à trier les informations et avec les derniers évènements c'est encore plus valable.

flo_lafouch
#241, le 22/01/2015 - 21:46

Freinet ou pas, travaillez avec vos documentalistes quand vous avez la chance d'en avoir un !

Frédéric BAURAND
#168, le 21/01/2015 - 22:33

Je ne suis pas partisan de Freinet mais j'adhère à ton point de vue. je travaille personnellement en classe inversée et le numérique est la base technique indispensable à la réussite de cette approche.

Hervé Lalimace
#37, le 20/01/2015 - 19:27

En tant qu'enseignant en école Freinet, le numérique est effectivement un outil de plus pour impliquer chacun dans son parcours. Cependant, il faut encore une offre de cours/fiches/activités qui soient standardisées, ce qui est en train de venir avec certains portails de l'Education nationale, mais l'enseignant doit encore beaucoup aller à la pêche aux infos.

La consultation est fermée

2 arguments contre ∨

Frédéric BAURAND
#170, le 21/01/2015 - 22:35

Charge à l'enseignant de ne pas donner un travail dont les sources sont sur le net....

 

numerique à quel degré
#40, le 20/01/2015 - 20:24

oui le numérique peut être un levier pour certaines activités mais l'on se rend compte que nombre d'élèves sont extrêmement passifs face aux outils numériques, se contentant de penser qu'ils peuvent juste prendre une image sur internet, copier un morceau de site et en combinant les deux avoir fait un travail...

Le collaboratif peut être extrêmement productif s'il est pleinement intégré dans les programmes et ammené de façon à ce que les élèves en comprennent la portée. Il ne le sera pas s'il est plaqué une notion éthérée, Il faut qu'il ne devienne pas une simple "machine à avoir des points"  : je prendrais pour point de comparaison des tpe de 1ère où les élèves se jettent sur les productions en ligne d'autres élèves, les vampirisent au maximum, sans recul ni travail personnel et, là où un travail colaboratif semblait l'objectif idéalisé, ne font plus qu'une vaine copie.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée