La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Contributeur-débat sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #651

Contributeur-débat
#651, le 06/02/2015 - 08:40

Replacer la pédagogie au coeur des décisions

L'école pour réussir sa mission première d'insertion professionnelle (ce n'est évidemment pas sa seule mission)  ne peut faire l'économie de s'emparer de la question du numérique dans le curriculum de formation et ce dès l'école primaire. Les pressions des lobbyistes pour placer leurs produits sont fortes. Il me semble pourtant essentiel d'inverser la démarche :  l'Education nationale doit rester le prescripteur.

Infrastructure :

  • Régler les problèmes d'infrastructure  : organiser et encourager au niveau local (avec les collectivités) la construction des réseaux câblés dans les écoles, collèges et lycées. Ce sont des investissements pérennes, bien plus que d'équiper toute une classe d'âge d'un territoire en tablette, par exemple.
  • Diffuser des guides à destination des collectivités pour les aider à mobiliser différents fonds (caisse des dépôts, Feder etc.).
  • Définir des documents à destination des élus/DSI des collectivités sur les priorités ciblées par le MEN. Les rassurer sur les choix qui sont faits.
  • s'interroger sur le BYOD (à condition que l'élève une fois dans l'établissement se trouve dans un environnement logiciel sécurisé). Les tablettes hybrides (à mi-chemin de l'ordinateur portable) peuvent être intéressantes à la fois pour "porter les manuels" mais également pour travailler avec des outils numériques. Dans tous les cas, cela permettrait d'amener le numérique dans les "murs de la classe".

Ressources humaines

  • Constituer rapidement un réseau d'expert Conseiller numérique :  ce serait un nouveau métier dans le M.E.N qui s'appuierait sur le réseau existant des conseillers tice (atice, ctice etc) qu'il s'agirait de  former, professionnaliser, stabiliser et structurer pour en constituer un réseau reconnu et pérenne à l'échelle nationale (Faut-il un cafipemf, peu adapté à mon sens ? basculer vers un métier ITRF, type ingénieur d'étude/de recherche, pourquoi pas, sachant que la question du numérique est encore en phase exploratoire ?) .
      Le numérique touche plusieurs aspects. Cet expert viendrait conseiller les cadres du 1er et 2nd degré, auditer des établissements (aspect pédagogique et technique) sous l'autorité des IEN/chef d'établissement, dialoguer avec les collectivités (par exemple dans les comités locaux de pilotage du numérique),  porter et communiquer sur des projets numériques, accompagner les enseignants (donc garder un ancrage local), faire de la recherche...

Concernant la formation des enseignants :

  • introduire et stabiliser la notion de plus-value, ie à quel moment l'introduction du numérique est pertinente dans une séance/séquence pédagogique. Ceci suppose une formation initiale et continue de qualité. Les résultats de la recherche pédagogique doivent être connus et doivent se diffuser dans les pratiques. Pouvons-nous imaginer également des documents d'accompagnement des programmes, qui sans nuire à l'innovation et à la liberté pédagogique de l'enseignant, donnent des clés d'exploitation des programmes avec des outils numériques (ex: nous connaissons tout l'intérêt d'utiliser des logiciels de géométrie dynamique par exemple lorsque l'on construit les concepts géométriques et ce dès l'école primaire ! etc.)
  • renforcer la formation sur la pédagogie de projet. A mettre en relation avec l'introduction dans le parcours de l'élève de réalisation de projets complexes
  • prise en compte des formations extérieures au MEN (ex :MOOC) dans leurs formations continues.

 

Pour les élèves :

  • rencontrer régulièrement des projets faisant appel à des taches complexes mais pas compliquées tout au long du cursus (même en primaire), Ex: un projet média  faisant appel aux mathématiques, aux arts, à la langue française etc. Cette modalité de travail est fréquemment rencontrée aujourd'hui dans le monde professionnel.
  • une éducation aux différents médias et à la citoyenneté numérique, dès le primaire
  • la prise en compte

Ressources :

  • continuer la structuration des ressources numériques et la construction des partenariats avec les autres acteurs (musée, site.tv etc.)
  • travailler  avec les éditeurs à la création de manuel numérique (ayant une vraie plus-value ;) dans des coûts raisonnables (reporter le coût de l'impression à la modernisation des manuels)
  • encourager la création d'ENT 1er et 2nd degré interfacé avec le système d'information des académies.
  • imposer l'interoperabilité des fichiers et des ressources (Ce n'est pas normal que tel fichier pour un T.N.I ne fonctionne pas avec un logiciel d'une autre marque)

Je n'ai pas interrogé ici les places des autres acteurs de la communauté éducative. La problématique est vaste et sans doute quelques pistes évoquées ici peuvent se retrouver dans d'autres problématiques en débat.

Aucun argument pour

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

Véro50
#963, le 22/02/2015 - 16:50

Je me demande si la structuration des ressources et les documents d'accompagnement sont vraiment des leviers et des outils efficaces. D'abord je trouve que les documents d'accompagnement vieillissent vite. Ensuite, je suis convaincue qu'ils peuvent générer des pratiques routinières chez certains enseignants qui peuvent freiner leur évolution.

Dans la mesure où sur internet toute l'information est disponible et que la difficulté de l'outil est de retrouver ce qui est réellement pertinent, il me paraitrait plus judicieux d'aider les enseignants à mettre en place des stratégies de collecte et de didactisation de ressources. Moins mettre de choses à disposition,plus  inciter à mettre en place des savoir-faire.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée