La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de JACQUES MUNIGA sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #551

JACQUES MUNIGA
#551, le 02/02/2015 - 14:17

Le numérique à l'école, quels freins ? Des solutions pour débloquer ?

Les principaux freins repérés à la généralisation de ces usages portent sur les conditions matérielles, la connexion à l’internet, l’équipement des élèves, l’accès aux ressources numériques, ainsi que l’insuffisante formation des équipes aux usages pédagogiques du numérique.

 

De l’insuffisante formation des équipes aux usages pédagogiques du numérique à la généralisation de ces usages.

Les freins sont, dit-on, nombreux. C’est probablement vrai. Mais, depuis que le numérique a eu droit de cité dans nos établissements, nous avons également pu compter de nouvelles générations de professeurs que l’on pourrait appeler « la génération web » tant elles sont « branchées ».

Du matériel ? Il y en a également souvent en nombre plus que suffisant.

La volonté d’emboiter le pas au numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives existe elle aussi.Alors pourquoi ne peut-on pas encore rivaliser avec les pays qui sont loin de nous ?Deux raisons majeures à mon avis que je tire de ma propre discipline, la géographie, et de ma propre expérience.1)La première raison c’est que le numérique en tant que renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives demande invariablement que des équipe se penchent sur la question et proposent des travaux et des pistes. Des pionniers ont existé, notamment en géographie. Mais les uns se sont fondus dans des structures qui ne produisent guère, les autres publient toujours sur des sites personnels devant une hiérarchie sourde et aveugle.2)Les grands éditeurs de manuels notamment, hésitent à se lancer dans cette voie parce que le retour sur investissement ne semble pas être au rendez-vous dans l’immédiat. Et pourquoi ? Justement parce l’Education Nationale gère maladroitement cette affaire comme souligné au point 1.En conclusion, je parle pour ma discipline principalement, l’enseignant se trouve face un grand dilemme : utiliser le numérique ou ne pas l’utiliser ? La réponse est souvent je ne l’utilise pas, c’est plus prudent.Le défi serait donc de casser ce cordon ombilical qui relie tous les enseignants de terrain, parfois pionniers dans le numérique, avec leur hiérarchie directe (Inspecteurs…) et de créer une structure au niveau national. Une structure qui devrait dans un premier temps, faire le recensement de tous les travaux existants (souvent des sites perso) dans toutes les disciplines. Une structure qui devrait dans un deuxième temps rassembler physiquement ces pionniers pour les faire travailler ensemble. Une structure qui devrait dans un troisième temps proposer des travaux et des pistes au niveau national. Une structure enfin, qui devrait restée ouverte pour accueillir de nouvelles personnes et de nouvelles idées.Ainsi, je crois, le numérique en tant que renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ne sera plus un vœu pieu mais une réalité de laquelle la France pourrait s’enorgueillir.A titre d’exemple, je cite ma propre expérience :Pionnier depuis plus de 15 années dans le numérique en tant que renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives (géographie) j’ai conçu des logiciels, proposé des exercices avec corrigés en version numérique comme :Les croquis de géographie décomposés comme suit :-Une fiche de travail : http://geographie-muniga.org/files/Croquis_SDLV_MAROC_Lycee.1275.pdf-Un logiciel de cartographie automatique pour répondre aux questions de la fiche de travail : http://geographie-muniga.org/MAROC.html -Un logiciel de correction assistée : http://geographie-muniga.org/MAROC_Croquis_Contrastes.html

 

Les compositions de géographie décomposées comme suit :-Une fiche de travail : http://geographie-muniga.org/files/Sahara_Composition_SDLV.1281.pdf -Un logiciel de correction assistée : http://geographie-muniga.org/SAHARA_COMPOSITION_CORRIGE.html

 

  Mes travaux sont consultés/téléchargés par des millions d’internautes. Mes travaux sont référencés par de nombreux sites institutionnels tant en France qu’à l’étranger (Belgique, Canada, Suisse…) et pourtant je reste seul dans mon coin ( !) alors que mon souhait le plus cher serait de partager pour innover toujours plus.Le site académique d’Aix-Marseille ignore encore et toujours mon existence !La preuve ? Un tout nouveau site académique notamment consacré à la cartographie et pourtant… nul n’est prophète en son pays….http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43559/accueil  Jacques MUNIGAhttp://geographie-muniga.org/  

 

 

1 argument pour ∨

sophie
#554, le 02/02/2015 - 16:00

Tout à fait d'accord avec vous, et merci pour vos sites, je les ai utilisés en tant qu'enseignante, conseillés auprès de mes élèves, fait réviser ma fille pour son bac. J'ai cassé le cordon d'une autre manière, je viens de passer le capes de documentation, je trouve que la géographie doit être une discipline à part entière, ce qui n'est pas le cas actuellement. Qui fera une carte à la main de nos jours? On utilise les SIG, mais pas les crayons de couleurs. Je crois qu'il y a un problème dans la mutualisation des données, parce qu'il ya un problème de jugement de son travail. Les enseignants sont contents de trouver des données pour enrichir leur cours, mais ont peur d'être jugés, cela se voit bien lors des inspections. or une plus grande mutualisation en ligne permettrait une plus grande progression dans l'élaboration et la transmission du savoir. Il y avait eu un bon début avec Strabon, où des enseignants proposaient des séquences. Il faudrait peut être une personne référente au rectorat où l'on pourrait soumettre des séquences.... En tous les cas encore merci!

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée