La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Yann Houry sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #43

Yann Houry
#43, le 20/01/2015 - 21:38

Renouveler et diversifier les pratiques pédagogiques, oui, mais progressivement

Si j’en crois ma propre expérience, le numérique favorise une différenciation du travail, une autonomie des élèves qui sont invités à être plus actifs, et à ne pas seulement écouter ou recopier un cours. Par ailleurs, et bien que cela soit très certainement éphémère, l’introduction du numérique en classe favorise une certaine satisfaction chez les élèves, il leur donne le sentiment d’être en phase avec leur temps au lieu de s’en abstraire.

Mais j’ai aussi la certitude qu’on ne saurait aisément chambouler les habitudes de travail des enseignants. La seule injonction à passer au tout numérique ne suffit pas (le cours magistral a de beaux jours devant lui (et ce n’est pas nécessairement dommage)). Je pense, entre autres, au modèle SAMR, tel qu’il est généralement présenté aux enseignants, et qui ressemble souvent à une injonction impérieuse à changer de pédagogie de façon trop radicale, ce qui reçoit peu l’assentiment desdits enseignants à qui l’on explique qu’ils ne peuvent plus enseigner comme ils le font.

C’est pourquoi, me semble-t-il, l’introduction du numérique, dans un premier temps, doit simplement enrichir, augmenter les objets du quotidien : un élément en physique chimie vu en 3D, un monument historique reconstitué grâce à la réalité augmentée, la possibilité d’écouter ou d’enregistrer des mots en anglais, un tableau affiché en HD...

Ce n’est qu’ensuite que l’on peut espérer un renouvellement pédagogique et espérer tirer parti du potentiel immense lié au numérique. Ce n’est que lorsque l’enseignant devenu familier d’instruments qu’il utilisait peu ou pas du tout peut envisager de renouveler entièrement sa pédagogie, s’abstraire du centre qu’il représente quand il fait sa leçon pour permettre une réelle implication des élèves via des projets, des exercices de remédiation, des travaux en groupe, etc.

Cela demande une introduction progressive du numérique dans les écoles, des formations régulières et probablement une incitation à l'échange de pratiques permettant de piocher des idées là où on n'en a pas. Car, oui, il n'est pas toujours aisé de trouver que faire d'une tablette en classe quand le numérique vous laisse de marbre.

1 argument pour ∨

Isabelle Dufrêne
#48, le 20/01/2015 - 23:04

On ne saurait dire mieux, tout est là, synthétique et objectivement exprimé.

La consultation est fermée

2 arguments contre ∨

Laurent Blanquer
#614, le 04/02/2015 - 18:28

Bien sûr il y a le principe de réalité, il paraît utopique de vouloir changer radicalement les usages et la pratique pédagogique de milliers d'enseignants. Et pourtant, je me demande parfois si il ne faut pas pour provoquer une rupture (ce qu'évoque l'idée d'innovation, qui a quelque chose de transgressif à mon sens), et placer l'enseignant dans une situation complètement nouvelle et déstabilisante, loin de ses références et pratiques quotidiennes. Nous serions peut-être surpris du resultat. Àcondition de l'accompagner bien sûr...

Michel Perrinel
#141, le 21/01/2015 - 17:29

Je ne souahite pas contredire Yann Houry mais je pense qu'il n'y a pas un chemin ou une voie pour renouveler les pratiques pédagogiques à l'école mais une grande diversité de voies. Alors oui une mobilisation de toute une équipe dans un établissement pour revoir les pratiques pédagogiques à l'aide des outils numériques peut marcher ici. Oui il faudra là préférer la politique des petits pas et permettre une acculturation numérique avant un changement pédagogique en profondeur. Oui un jeune enseignant qui débute peut d'emblée pratiquer une autre pédagogie que ses collègues. Oui il ne faut surtout pas toucher à ce qui fonctionne encore et ne pas perdre dans un changement ce qui fait la réussite de tel cours ou de telle école... Ne cherchons pas l'uniformisation lente ou rapide. La transformation réussie de l'école passera par une culture de la diversité et la responsabilisation des acteurs de terrain plutôt qu'une directive descendant d'un ministère  quelle qu'elle soit.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée