La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Michel Guillou sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #33

Michel Guillou
#33, le 20/01/2015 - 18:53

Engager sans tarder le chantier de la modification radicale des programmes, de la maternelle à la terminale, de l’évaluation et des examens

Le travail du CSP pour changer les programmes apparaît trop lent, à la remorque des évolutions sociétales ets surtout trop peu ambitieux.

On n’y perçoit pas clairement la volonté de prendre en compte les changements d’approche dans les modalités d’enseignement, dans la formation et la posture des maîtres, dans la nécessaire transformation de l’évaluation et des examens. Il devient urgent de prendre en considération les modifications substantielles de l’écriture et de soutenir et valoriser la créativité et la construction.

Publier doit, par ailleurs, nettement apparaître comme une nouvelle compétence fondamentale.

La place maintenant essentielle des sciences du numérique, des nouvelles humanités numériques et de l’éducation aux médias et à l’information dans toutes les filières n’apparaît pas clairement.

Enfin, il est nécessaire de changer les examens, DNB et baccalauréat, de fond en comble.

4 arguments pour ∨

Francis Beaubois
#478, le 29/01/2015 - 19:16

Qu'il faille effectivement un changement radical des programmes est une priorité. Les nouveaux programmes mis en place en TS, en physique, compte presque 30 chapitres !!! Du délire, qui frise le non-sens. Tant que ceux qui créent les programmes ne comprendront pas qu'il faut du temps pour digérer des nouvelles connaissances, alors on formera des esprits superficiels et sans réel méthodologie. Or, c'est sur la méthodologie que nous devons mettre le paquet... Donc, l'outil numérmique, c'est bien. Mais avec des programmes aussi inadaptés que ceux que l'on subit maintenant, alors ce sera un échec, d'autant plus dans les classes à examens. 

Delphine Imbert
#452, le 28/01/2015 - 15:12

Indispensable à bien des égards : ajouter tout cela au programme, ne pas créer une matière "Informatique" indépendante, ne pas réserver cet enseignement aux scientifiques.

Un bac L spécialité "Humanités Numériques" serait peut-être un moyen d'enfin revaloriser cette série tout en l'inscrivant dans son époque.

 

Maxime Drouet
#311, le 23/01/2015 - 19:05

Il faut entre autres penser à ne pas trop charger les contenus des programmes de façon à avoir du temps pour les projets "numériques". En effet, très souvent, nous manquons de temps pour terminer les programmes. Du coup, nous avons bien le désir de faire des beaux projets, mais pas le temps pour le faire.

flo_lafouch
#244, le 22/01/2015 - 22:00

Promouvoir l'inter-disciplinarité par des idspositif apparaît finalement comme du bricolage. Probablement est-ce iconoclaste mais la suppression des disciplines académiques semble être la solution, comme dans les programmes du 1er degré. Au minimum chaque discipline doit contenir des chapitres de culture numérique et non seulement un peu de numérique dans les documents d'accompagnement. Les élèves doivent absolument être producteurs de contenus avertis, connaisseurs de leur environnement numérique (de travail ou pas). Bref trois lettres : EMI

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée