La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Francis Beaubois sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #251

Francis Beaubois
#251, le 22/01/2015 - 22:51

Ma classe idéale

Bonjour, 

Depuis cette année, je tente d'utiliser massivement les outils numériques dans ma pédagogie, ce pour une raison simple. J'enseigne la physique-chimie en lycée, et je suis confronté (cette année plus que jamais) à un désintérêt massif des élèves de seconde et une absence de travail personnel. Ma conviction est que 1- les programmes ne sont plus adaptés au profil d'élève qui nous arrive, 2- la manière dont on enseigne ne convient plus également. Face à ce constat ravageur, j'ai décidé de commencer à utiliser différents outils avec les élèves.

Le premier est l'ouverture pour chacun d'un compte sur l'application Evernote, qui permet un travail collaboratif, et surtout permet de continuer de travailler avec les élèves qui le souhaitent hors établissement. Mon point de vue étant de faire l'essentiel, si ce n'est la totalité, du travail pendant le temps scolaire. Ensuite, j'ai commencé à utiliser ma tablette reliée à un videoprojecteur pour diffuser images, video, animations... mais aussi écrire mon cours dessus avec un stylet. De cette manière, je peux revenir quand je veux, conserver ce que j'ai écris la séance précédente... De plus, si la tablette est connectée en wifi avec le videoproj via un boitier spécifique, alors je peux écrire d'où je veux dans la classe. Cela permet de casser le format habituel un bureau - des rangées de tables en face. Je peux donner la tablette à un élève pour qu'il puisse y écrire une réponse, prendre une photo d'un montage en TP et le projeter de suite, ou même de filmer un élève qui manip pour montrer ses gestes... Bref, il y a de quoi inventer pas mal de nouvelles pratiques.

Je ne suis pas en train de dire que c'est la panacée, mais cela me permet de me réinvestir auprès de mes élèves, alors que tout concourt à me lasser (34 élèves par classe, des programmes inadaptés, des salles trop petites pour disposer les tables différemment afin de faire du travail de groupe...). Mais il y a aussi beaucoup d'obstacles, notamment informatique, quand la région ou le rectorat impose des contrôles ou des contraintes incompatibles avec notre liberté d'enseigner (comme le blocage de certains sites) ou n'accepte pas de donner les droits à notre coordinateur pour installer des mises à jour, ce qui plombe une séance entière parce qu'il manque la nouvelle version de tel ou tel truc... et ça arrive souvent. Il faut dire qu'avec 2 TICE qui gère un parc de 600 PC, c'est compliqué... 

 

 

 

 

 

3 arguments pour ∨

Francis Beaubois
#470, le 29/01/2015 - 12:15

Au niveau de la tablette, j'utilise la mienne bien sûr, en attendant que les élèves de l'académie arrivent avec la leur, celle que le conseil régionale a offert à chaque nouvel élève entrant en 6e.

Par contre, pourquoi l'idée de classe inversée est-elle à revoir ? Pour ma part, je pense qu'elle peut permettre de rendre acteur des élèves qui, pour une bonne partie, sont inactifs en classe, et avec des effectifs de 34 ou plus, cela n'arrange pas les choses.

gui
#354, le 24/01/2015 - 18:42

Oui, pour un maximum de travail en classe. De ce point de vue je trouve que l'idée de la classe inversée est à revoir.

Par contre "utiliser [sa] tablette" ! Quelle tablette ? Celle que l'EN à mis à votre disposition ?

 

 

Francis Beaubois
#297, le 23/01/2015 - 16:20

Je peux comprendre ce désaccord, mais il faut voir aussi deux choses : 1) l les élèves ne sont pas égaux devant les conditions de travail à la maison, entre ceux qui ont 1h30 de transport avant de rentrer, ceux qui doivent s'occuper de leurs frères et/ou soeurs, qui ont d'autres activités (sportives, culturelles, et on ne peut pas leur en vouloi) 2) C'est malheureusement un constant que dans la plupart des cas le travail n'est pas fait, ou si vite qu'il ne vaut rien. L'argument "je n'ai pas su le faire" le met sous protection. Ou alors, on peut systématiquement vérifier et sanstionner en cas de travail non fait. Mais à 34 élèves par classe, la pratique coercitive me lasse. Mais je comprends votre point de vue.

La consultation est fermée

2 arguments contre ∨

pierre couic
#519, le 31/01/2015 - 17:57

si un eleve n est pas motive de toute facons c est une perte de temps que de tenter de lui apprendre quelque chose

on parle toujours de tablette mais avant les eleves avaient tous un livre où le cours est deja tres bien ecrit et illustré

pourcentage d'eleves qui ouvrent leur livre  allez tout mouille de chaud 1%!!!!!!!!!!!!!

il serait plus utile de faire comprendre aux eleves qu apprendre c'est long difficile demande de l investissement  plutot que d'essayer de les amuser.

 d'ailleurs dans les ecoles selectives ont leur demande pas leur avis on leur dit qu ils sont la pour travailler et apprendre rien d'autre

 

ISABELLE COQUILLARD
#284, le 23/01/2015 - 13:18

Je ne suis pas d'accord pour faire la totamlité du travail en classe. les léèves ont besoin de se confronter seul à l'exercice chez eux et de mobiliser leurs propres acquis. Cela leur permet de faire le point.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée