La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Bac Pro Sécurité Prévention sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #202

Bac Pro Sécurité Prévention
#202, le 22/01/2015 - 10:56

Vous dites fracture numérique ?

Vous savez ce qui est agaçant dans tout ça ?

Combien de personnes sont employées, utilisées, rémunérées pour mener ces fichues enquêtes ? Parce que je pense que sur le terrain, ici, on ne les verra jamais... Ah oui, c'est vrai, les routes en Ardèche profondes ne permettent pas vraiment le passage des camions régie TV qui les suivent de partout pour bien montrer au bon peuple que la fracture numérique se réduit..... Fracture numérique... mot pompeux invencture numérique ?té par les Parisiens pour désigner ces trous campagnards où vivent les ploucs qui n'ont même pas la 3G ou le câble...

1 argument pour ∨

Thierry Bonnafous
#479, le 29/01/2015 - 19:19

Contrairement à Bertrand Collet, je pense saisir le sens des observations de Bac Pro Sécurité Prévention". Ce qu'il veut dire tout simplement c'est que les solutions toutes faites ne fonctionnent pas partout. Ce n'est pas une résistance face à un changement mais une analyse lucide d'un problème réel que je nomme personnellement geekisme et que j'ai pu observer par exemple à l'université d'été Ludovia en 2014. Des mots compliqués, le sentiment que le matériel seul permettra de triompher des problèmes, la volonté de faire passer tout le monde par le même chemin. Et, in fine, et là je rejoins Bertrand Collet, les conditions pour que les changements ne se fassent pas.

Donc, une première exigence de ce qui sera mis en place doit être : ça fonctionne partout et pour tout le monde.

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

Bertrand Collet
#213, le 22/01/2015 - 12:56

En parcourant la consultation Nationale, j'ai eu l'occasion de lire les contributions de "Bac Pro Sécurité Prévention", et je les trouve très intéressantes.

Elles me semblent révélatrices d'un sentiment, peut-être largement partagé, à l'égard des numériques (une sorte de "majorité silencieuse").

L'expression d'une résistance face à un changement, une contestation ("Voice" au sens d'Alfred Hirschmann - Théorie V.E.L.) exprimant un risque de défection ("Exit") par refus du changement.

Peut-être que les enjeux liés aux numériques, posés comme déjà intégrés par les acteurs de l'Education, auraîent dus être mieux expliqués.

Quelques propositions :

Le "prof" face au numérique : le tournant du spectacle - Par Jean-Philippe Denis - Professeur en gestion, agrégé des universités

Michael Porter à l'ère numérique : la mise à jour 2.0 - Par Aurélien Duthoit - Directeur des synthèses, Precepta

La révolution numérique et la fin du capitalisme selon Jeremy Rifkin - Par Aurélien Duthoit - Directeur des synthèses, Precepta

Réussir la transition numérique de la France - Par Philippe Lemoine - PDG du groupe LaSer et président du Forum d'Action Modernités

La France a des atouts solides dans le numérique - Par Jean-David Chamboredon - Directeur Général d'ISAI

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée