La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Direction du numérique pour l’éducation sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #2

Direction du numérique pour l’éducation  Compte vérifié
#2, le 17/01/2015 - 10:13

Former au et par le numérique pour accompagner les enseignants dans le renouvellement de leurs pratiques pédagogiques

L’intégration du numérique dans les pratiques pédagogiques des enseignants est un élément fort de l’évolution des conditions d’exercice du métier de professeur. Dans cette perspective, la formation “au” et “par” le numérique semble être un levier pertinent pour donner aux enseignants des outils leur permettant de répondre aux défis de l’école de demain.

Avec l’arrivée de l’Internet, l’enseignant n’est plus seul à posséder les savoirs qu’il transmet aux élèves. Les informations sur ces savoirs existent et sont facilement accessibles. Aujourd'hui, pour l’élève, la question n’est plus d’accéder à l’information, mais c’est celle d’en connaître la pertinence et surtout d’être capable de la transformer en connaissance. Dans cette perspective, l’enseignant peut agir comme un médiateur qui permet  d’aider l’élève à : structurer sa pensée ; donner du sens à une information en fonction du contexte et d’en évaluer la pertinence pour pouvoir ensuite l’utiliser.

Des dispositifs mêlant formation à distance et formation en présence de formateur permettent aux enseignants d’en maîtriser les usages et les possibilités.  Ces formations “par” le numérique permettent de diversifier les moments d’apprentissages, de favoriser les échanges entre pairs. de maîtriser le rythme des apports de connaissances,  de multiplier les supports et d’adapter les parcours de formation. 

6 arguments pour ∨

JACQUES MUNIGA
#586, le 03/02/2015 - 18:22

On parle beaucoup dans ce forum de formation. C’est normal c’est nouveau.

Mais je pose une question : qui a formé nos enseignants à la manipulation et à l’utilisation des Smartphones ? Personne.

Alors où est le problème ?

Je vais vous le dire. Le Smartphone est une réussite pour les investisseurs. Observez les bénéfices d’Appel par exemple, nos salaires à côté ne sont même plus une misère, ils sont  détectables uniquement avec un microscope professionnel  de laboratoire.

Si donc les enseignants avaient à leur disposition une large palette d’outils du numérique dans laquelle ils pourraient puiser pour la préparation de leur cours, vous croyez sérieusement qu’ils ne le feraient pas ?

Pourquoi n’avons-nous pas à disposition ces outils ? Parce qu’ils n’existent quasiment pas.

Et pourquoi n’existe-t-il pas ?

Pour deux raisons :

  1. « la finance » devant les sempiternelles réunions, concertations, et même forums des enseignants sur la question du numérique n’arrive pas à calculer son fameux retour sur investissement. Nous bavardons, nous papotons  mais jamais la hiérarchie nous prend au mot pour nous lancer dans le réel. A ce stade, nous sommes réellement dans le virtuel.
  2. Notre hiérarchie tâtonne. Elle n’est pas formée elle-même, elle est même souvent incompétente dans le domaine du numérique et pourtant c’est elle qui arrête choix et stratégies.  Un exemple, les personnes qui il y a plusieurs années déjà avaient compétence administrative pour délivrer le fameux C2i. Ils n’avaient et n’ont d’ailleurs toujours rien produit. Alors oui, on pourra me dire qu’un bon professeur de français n’est pas forcément un écrivain. Oui mais lui à au moins de nombreux ouvrages de qualité à sa disposition. Le formateur TICE lui a rarement produit quelque chose, il n’a rien ou presque à disposition. La situation est ridicule, oui mais la nôtre en France….

 

Jacques MUNIGA, inconditionnel du numérique et pionnier depuis presque deux décennies

http://geographie-muniga.org/

Laurent Blanquer
#572, le 03/02/2015 - 12:45

Il existe sur les sites académiques disciplinaires, les sites départementaux du réseau Canopé quantité de vidéos illustrant des pratiques pédagogiques efficaces, des expérimentations concluantes. Mais cette matière très riche est dispersée, et parfois peu visible.

Pourquoi ne pas créer une chaîne vidéo en ligne qui permettrait une meilleure diffusion de ce type de contenu. Teachers TV au Royaume-Uni fonctionne très bien

 

sophie
#564, le 03/02/2015 - 07:56

Je pense qu'il serait fondamentl de faire participer les documentalistes de l'enseignement du privé sous contrat aux réunions de bassin de leur département ainsi qu'à la formation. Je ne vois pas comment on peut rester au fait de l'information sans en avoir l'accès. Les cours en ligne seraient une solution ou la mise en place d'un curriculum pour ce qui est fondamental à appliquer. Si on ne nous communique pas les informations, que l'on nous demande pas de suivre les directives.

Yannick Colère
#118, le 21/01/2015 - 12:05

Je suis d'accord, mais il faudra vraiment penser à former de manière sérieuse les enseignants à l'informatique et au numérique.

De mon constat au bout de 6 ans, il faut reconnaitre qu'à peine un tier des enseignants de collèges et lycées, disposent des connaissances suffisantes pour être autonomes avec leurs élèves sur un support informatique ou numérique.

 

Thierry Bonnafous
#467, le 29/01/2015 - 10:40

La formation est indispensable bien évidemment. Mais pas n'importe quelle forrmation. Il faut des équipes d'enseignants en partie détachés (mais surtout pas totalement détachés) de leur travail avec les élèves. Des formations dans lesquelles techniques et pédagogie sont liées très intimement. Pendant des années, on nous a dit que le technique pouvait se se faire avec des enseignants issus de différentes disciplines ; c'est sans effet positif ! La construction d'une séance numérique n'a de sens que par rapport à une stratégie pensée par rapport à un programme, à un groupe classe, à des objectifs disciplinaires. Un formateur prof d'Anglais ne pourra jamais aider un prof de géographie à faire travailler ses élèves sur de la carto. C'est le pédagogique qui doit commander au technique et pas l'inverse !

Je pense qu'on sait dans les académies qui sont les profs ressources les plus efficaces, ceux qui font progresser leurs stagiaires. On le sait mais ce ne sont pas toujours ceux-là qu'on convoque pour les grandes messes parce qu'il existe toujours des petites formes de clietélisme ou de bonnes relations. Donc, là aussi, pour que les choses fonctionnent, il faudrait pour une fois ne pas se tromper. Pas prendre, comme je l'ai vu faire pour de la formation initiale, un professeur d'espagnol permanent à l'IUFM pour proposer à de futurs profs d'HG une séance TICE (comme on disait il y a 2/3 ans) sur la géomorphologie glaciaire (ce qui n'est plus dans aucun programme !).

Il y a une masse d'enseignants à former vraiment car il faut penser numérique et pas seulement faire quelque chose avec le numérique. Cela ne peut s'envisager qu'avec des formateurs motivés, compétents et efficaces. Saura-t-on les trouver alors qu'ils existent ? C'est là un gros doute.

SEBASTIEN LOEUILLET ITECH INFO
#249, le 22/01/2015 - 22:27

nous formons les enseignants primaires à nos solutions TBI, classe mobile etc... mains notre formation est plus technique que pédagogique bien évidemment. Les enseignants les premiers équipés sont bien souvent les plus motivés par l'outil, ils sont volontaires et investis.

Je sais qu'il est difficile de parler budget mais il est impératif de former les enseignants sur ces outils. Il faut débloquer des budgets pour cela si l'on veux vraiment faire du numérique une priorité.

Aujourd"hui les outils si ils sont bien choisis sont matures, par exemple sur les TBIs/VPIs les principaux logiciels ne sont pas si nombreux, former les enseignants à optimiser leur travail serait bien reçu de la part des enseignants (car souvent, lorsqu'ils sont formés ils trouvent souvent la durée de formation trop courte)

Il est bien dommage parfois d'entrendre un de nos  interlocuteurs mairie dire qu'il y a eu une difficulté pour transferer les heures de formations en animation pédagogique, et que du coup la formation n'a pas pu avoir lieu. Dans ce cas précis, les professeurs déjà équipés ont formé les autres ...

La consultation est fermée

3 arguments contre ∨

agnès
#574, le 03/02/2015 - 13:58

Enseignante en lycée , je me suis inscrite à une formation sur l'enseignement par et pour le numérique. résultat assez décevant:

- un formateur pour une trentaine de collègues et cela pendant 2 jours sur l'année scolaire.

- des méthodes non applicables dans mon lycée ( accès restreint à internet, matériel non adapté, demande d'une salle équipée en réseau depuis 8 ans et toujours pas câblée) et donc un ré-investissement nul.

bref une impression de frustration totale. 

 

gui
#352, le 24/01/2015 - 18:13

La formation est certe indispensable, mais inutile si à la suite de la formation, on ne peut pas utiliser les outils en classe, elle devient alors une perte de temps, et l'année suivante, l'enseignant doit à nouveau se former faute de mise en pratique.

Dans mon lycée, nous disposons de TBI associés à des ordinateurs dépassés, des vidéoprojecteurs de qualité médiocre, résultat : utiliser un TBI est un parcours du combattant  qui brise la dynamique du cours.

Nous disposons aussi de Moodle, mais comme la connexion internet du lycée est déjà saturée, son exploitation en classe est impossible.

L'ENT est un outil puissant, mais  le seul fait de remplir le cahier de texte est fastidieux. Les lourdeurs, les lenteurs des outils développés n'encouragent pas à aller plus loin.

Actuellement, les propositions de formations ne font qu'accroitre ma frustation.

 

Kat
#41, le 20/01/2015 - 21:03

"Des dispositifs mêlant formation à distance et formation en présence de formateur permettent aux enseignants d’en maîtriser les usages et les possibilités.  Ces formations “par” le numérique permettent de diversifier les moments d’apprentissages, de favoriser les échanges entre pairs. de maîtriser le rythme des apports de connaissances,  de multiplier les supports et d’adapter les parcours de formation. "

La formation à distance ne peut être une solution. Dans notre école nous sommes plus performants et motivés lorsque nous sommes ensemble. Chacun peut apporter sa contribution en direct. Nous travaillons sur tableau numérique tous les jours et le seul moyen pour nous d avancer et d évoluer est être ensemble physiquement.  

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée