La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Thibault Cordier sur le débat « Le numérique, renouvellement et diversification des pratiques pédagogiques et éducatives ».

Retourner au débat

La contribution #154

Thibault Cordier
#154, le 21/01/2015 - 18:47

Une utopie

On veut nous faire croire que le numérique va combler les inégalités sociales, mais n'est ce pas l'inverse qui va se produire? Comment demander à des élèves de faire un travail à la maison alors que certains ne disposent même pas d'une connexion internet?! Je travaille dans un petit collège de campagne et je peux vous assurer que tous les élèves ne sont pas égaux face à l'utilisation du numérique. Le gouvernement va-t-il payer des abonnements internet aux familles qui sont dans le besoin ou leur payer des ordinateurs? Arrêtons d'être hypocrites...

3 arguments pour ∨

Thierry Munoz
#702, le 07/02/2015 - 18:17

D'accord avec vous. Le problème de la connexion Internet est une réalité (plus que celui de l'équipement) : sur 27 élèves de Cm2, j'en ai 4 (que 4 certains diront) qui n'ont pas d'accès à Internet à la maison. Que faire pour eux ? Ils ne peuvent pas rendre leur travail via l'ENT, sont limités dans leur recherche à la maison (la bibliothèque n'est pas forcément pratique),... Bref, ils sont "pénalisés".

Thibault Cordier
#209, le 22/01/2015 - 11:54

Je me permets de répondre à mes deux interlocuteurs Aerun et Frédéric.

Aerun: je ne peux proposer de solutions à un problème qu'il n'est pas possible de résoudre selon moi. Il faut faire face à la réalité et arrêter de se voiler la face.

Exemple: lorsque je demande un travail sur papier à mes élèves, tout le monde me le rend. Lorsque je donne un travail sur un support numérique, beaucoup d'élèves m'inventent une pluralités d'excuses pour justifier qu'ils n'ont pas pu faire ce travail (pas d'internet, ordinateur en panne etc.). Quelle est la solution? Sanctionner ces élèves qui n'ont peut-être pas accès à ces ressources numériques? Evidemment que non...

 

Frédéric: Je suis loin d'être frileux, mais je t'accorde qu'en tant que professeur de français, je reste attaché au papier. Tu parles de téléphones connectés en 4G. Penses-tu vraiment que les élèves puissent travailler sur un téléphone portable?? Tous les établissements ne peuvent pas prévoir d'espace numérique surveillé, par manque de moyens humains. Il faut donc arrêter de systématiser et de croire que le numérique est aussi facilement accessible pour tous.

Bac Pro Sécurité Prévention
#198, le 22/01/2015 - 10:21

Tout à fait d'acord avec toi. Je suis dans un lycée pro ( retenez vos grimace de dégout, merci...) et de plus presque tous mes élèves sont internes car  habitant loin en Ardèche profonde. Pour beaucoup d'entre eux, ils sont dans des déserts numériques. Laisser un espace numérique aux élèves ? Déjà essayer... PC Bloqués, plombés piratés en moins d'une semaine... Il faudrait qu'un surveillant avec compétences AIPRT soit présent tous les soirs... Dans la journée ? Le CDI dispose déjà de quelques PC avec une connexion partagée avec celle générale du lycée à 1Mbits ( je le repète, on est en Ardèche et le Dslam est à huit kilomètres ) Bientôt la fibre... Ah oui... à un tarif qui nous plomberait aussitôt nos crédits pédagogiques ! De plus, dans ce même CDI, les PC souffrent immédiatement d'actes malveillants. Alors, oui, j'ai essayé d'utiliser mon propre matériel avec les élèves.... Vous savez quoi ? Le CARMI ( gestion académique des resssources internet) interdit l'accès aux sites avec lesquels je voudrais travailler... Vous pourriez vous travailler sur des sites traitant de sécurité publique sans utiliser des mots tels que "violences conjugales", "meurtres, crimes, coups et blessures", voir.... "viol"... Et oui, cela est notre quotidien quand on enseigne avec le code pénal dans une main et le code de procédure pénal dans l'autre.....

Alors oui, je suis d'accord et formel.... UTOPIE... dès bien sur qu'on s'écarte des classes de primaires ou de lettres histoires en collèges.... et lycées généraux bien sur.

Continuez à pomper l'argent publique en faisant joujou avec vos supers tableaux numériques et nous continuerons à "bricoler" nos ressources pédagogiques avec les moyens qui nous resteront.

Ah oui, jallais oublier....

Un Proviseur, ami, m'a confié cesi :

Dans son académie ( chuttt, confidentialité oblige...) un PC portable a été attribué personnellement à chaque élève dans des lycées pilotes...

Constatations aux termes de 3 semaines:

PC oubliés à la maison...

PC bloqués suite à tentative d'installation de jeux ou de sites de tchat...

PC revendus ( vous avez bien lu..)

PC cassés car mis dans des sac à dos trop souples...

Plus quelques autres items tous aussi farfelus.

Je reprend les termes d' Aerun : OK, ouvrons le débat et proposons des solutions.... Mais je refuse de dire que mon plaidoyer est stérile.

Ceux de Fréderic BAURAND : Tu vois, tu le dis toi même... Tu es dans un lycée... certainement en ville puisque tes élèves ont des portables en 4G ( ici, on ne sait même pas ce qu'est la 3G par endroit...) Vous devez de plus avoir une armée d' AED compétents en AIPRT pour proposer un espace numérique en libre accès. De plus, on revient encore à ce qui se passe en primaire, collège et lycée.....

Pensez aussi à nous.... Deversoir de la fracture scolaire... Les lycées professionnels....

Pierre, PLP (beuerk) attaché au papier...

La consultation est fermée

5 arguments contre ∨

yoannd
#413, le 27/01/2015 - 11:38

Pour ma part je suis à la campagne, j'anime une association qui ouvre une très grande fenêtre sur le monde numérique. Bien sûre accès internet, aux matériels (ordinateurs, arduino etc...), au outils choisis (conception 3d, programmation, développement Web etc...).

Nous n'avons ni fibre, ni cable, mais un bon vieux ADSL en bout de ligne (wouahou....).

Par contre construire une imprimante 3d, expliquer que l'axe X c'est horizontale à un enfant de 6 ans et voir les yeux de ces derniers pétiller quand il arrive à piloter l'imprimante 3d... ça fait du bien !

Il est possible de réduire la fracture numérique, et pas forcément avec les gros cannons lourdingues habituels.... Mais je soutient le besoin de continuer à investir dans les campagnes pour nous aider (fibre, matériel etc...).

flo_lafouch
#246, le 22/01/2015 - 22:11

Les CDI en court de renouvellement deviennent Centre de Culture et de COnnaissances (3C). Très pompeux mais concrètement une de leur mission est d'être un lieu de formation, d'auto-formation et d'accès au numérique. Alors je vais au CDI avec ma clé usb, je télécharge ce que l'on me demande de consulter et hop le tour est joué ! Pour le travail à effectuer en ligne il y a toujours les cidj, les médiathèques municipales, les EPN... et les CDI!!

Bertrand Collet
#211, le 22/01/2015 - 12:36

C'est oublier un peu rapidement à quel point nos élèves ont un usage compulsif des outils numériques et à quel point le numérique fait partie de leur univers de référence : Ils ont grandit avec, leurs loisirs en sont composés en partie (voire plus ...), leurs discussions tournent souvent autours d'un jeu, de Facebook ...

Donc, nous devrions tous nous écarter des numériques, qui sont un des vecteurs de la socialisation de nos élèves sous pretexte d'une fracture numérique ?

Une fracture numérique à relativiser d'ailleurs. La fracture serait plutôt "inversée", les ménages les plus cultivés ayant plutôt une tendance à se méfier des addictions liées au numériques, et la possession de Smartphone (par exemple), n'est pas liée au revenus (la valeur du Smartphone, l'est par contre).

Aerun
#193, le 22/01/2015 - 10:14

Un débat est justement le meilleur moyen d'apporter des solutions. Proposons donc des solutions plutôt qu'un plaidoyer stérile.

Frédéric BAURAND
#167, le 21/01/2015 - 22:25

Je ne peux pas être d'accord avec toi, quand je vois le nombre d'élèves de ma classe qui ont un portable 3G ou 4G (je travaille en lycée) et que 37 sur 38 élèves ont une connexion internet chez eux. Un établissement peut fort bien proposer un espace dédié au numérique, accessible aux élèves qui n'ont pas accès au net chez eux. En primaire il y a des temps réservés à l'étde le soir, cela peut se reproduire au collège et au lycée.

La fracture numérique que tu évoques est le prétexte favori des enseignants frileux et attachés au papier, c'est dommage.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée