La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Michel BILOT sur le débat « Le numérique et les compétences de demain ».

Retourner au débat

La contribution #877

Michel BILOT
#877, le 16/02/2015 - 10:27

le numérique est d'abord un outil, et un outil efficace... à condition d'être en état de marche.

Animateur TICE en circonscription 1er degré et formateur TICE au CRDP ensuite, donc en contact avec les écoles, les collèges et lycées dans leur fonctionnement quotidien, j'ai pu constater un aspect des choses qui est trop souvent mis de côté, parce que dérangeant. Mon caractère très pragmatique me ramène souvent à cette question basique :

Comment pourra-t-on demander aux enseignants et aux élèves d' utiliser l'outil informatique au service des apprentissages si cet outil n'est pas fiable ?

Il faut d'abord que le matériel soit opérationnel et ce de façon pérenne. Il m'est souvent arrivé de vouloir montrer à des équipes combien l'utilisation d'un vidéo-projecteur, d'un réseau interne, d'un ENT... pouvait rendre leurs pratiques vivantes et attractives, et constaté que ça ne marchait même pas pour ma démonstration, parce que des câbles étent débranchés, que la connexion internet était déficiente, que le copain du beau-frère de la technicienne de surface avait reconfiguré et planté le réseau pendant le week-end...

Bref, à mon avis, le premier défi à relever au moment d'équiper une école ou un établissement est de prévoir et d'assurer  la maintenance martérielle et logicielle au quotidien et dans la durée. Trop souvent dans les écoles cela repose sur le bénévolat d'un enseignant un peu technophile, voire d'un parent délève. Dans les collèges et les lycées c'est un prof parfois très compétent, mais pas forcément, et de toute façon toujours autodidacte, qui se voit chargé de tout et de n'importe quoi : gérer le réseau pédagogique, voire administratif, les connexions, l'ENT, les choix d'équipement, les achats (les chèques ressources du plan numérique par exemple)... j'ai même vu des contractuels se charger de cette maintenance, et disparaître du jour au lendemain sans aucune passation de consignes.

Voilà pour ma contribution. J'aurais bien d'autres remarques dans les autres domaines, mais s'il ne doit y en avoir qu'une, c'est celle-ci.

4 arguments pour ∨

JMB
#924, le 18/02/2015 - 00:06

J'ai été PR TICE dans un grand lycée, avant de jeter l'éponge, dégôuté et épuisé par la tâche...

La réflexion sur le numérique passe effectivement par une fiabilité des moyens techniques. Chez nous, les meilleures volontés ont été totalement découragées par les difficultés TECHNIQUES rencontrées au quotidien.

Comment être crédible pour une séquence de 55 minutes utilisant tout juste internet quand l'ordinateur met 10 minutes avant d'être disponible (quand il fonctionne..), que les pages se chargent plus lentement qu'en 1995 avec un bon vieux modem, que l'imprimante réseau est en panne (et tout ça, c'est quand ça se passe bien !!).

Et c'est normal... quand un pauvre PR TICE est déchargé 2h par semaine pour gérer un parc de plusieurs centaines de machines qui demanderait 30 ou 40 heures par semaine, que l'urgence des interventions des équipes mobiles en sous-effectif et surchargées se compte en semaines, que les dotations / équipements, quand il y en a, sont faits souvent en dépit du bon sens et des besoins (gâchis d'argent public), par manque de concertation... on ne peut qu'assister à une débandade.

Alors oui, vouloir faire du "numérique à l'école" c'est bien, mais soit il faut y mettre les moyens (techniques, humains, financiers..), soit il faut y renoncer.

 

EmmanuelP
#906, le 17/02/2015 - 10:30

Bonjour, étant xTICE intervenant sur une quarantaine d'écoles élémentaires (et une quarantaine de maternelles), je ne connais aucune de mes écoles câblées intégralement et disposant donc d'une connexion internet stable dans le temps dans chaque classe... Je pense que les infrastructures réseaux, à l'heure où les ressources sont disponibles sur Internet, y compris pour les enseignants et les élèves sont une variable très différenciante en terme d'équipement selon les écoles.

Seb16
#897, le 16/02/2015 - 21:07

Et d'ajouter l'importance de l'infrastructure réseau. En effet, de plus en plus de ressources sont accessibles par internet. Si l'école n'est pas dotée d'une prise réseau par classe au minimum et d'un matériel opérationnel, il sera difficile de rentrer dans l'ère du numérique.

Or, cela demande des investissements assez conséquents et les collectivités sont souvent frileuses...

florence cernuta
#896, le 16/02/2015 - 20:41

J'irai même plus loin : Comment pourra-t-on demander aux enseignants et aux élèves d' utiliser l'outil informatique au service des apprentissages si cet outil est inexistant dans la classe au moment où on en a besoin ?
Dans le premier degré, beaucoup de disparités selon les moyens disponibles ou attribués par les municipalités.
Sur 60 écoles des circonscriptions où j'interviens en tant que X tice, certaines disposent de classes avec 14 postes,d'autres de mini PC à se partager , très peu d'écoles avec vidéoprojecteurs fixes .Quant aux TNI : 5 dont 2 inutilisés car placés dans une salle info sans concertation avec xtice ou enseignants par la municipalité qui voulait bien faire.(Demande trop d'investissement pour un temps d'utilisation trop peu fréquent)...Je ne parle même pas de la qualité du réseau internet. ( difficile de faire travailler plusieurs élèves sur un ENT avec un débit insuffisant)
Je rêve d'une Ecole où tous auraient accès à un matériel numérique de qualité quelques soient les moyens des municipalités...

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée