La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Yann Houry sur le débat « Le numérique et les compétences de demain ».

Retourner au débat

La contribution #68

Yann Houry
#68, le 21/01/2015 - 07:43

Préparer à devenir l'honnête homme (ou femme) du XXIe siècle

Plus que jamais, l’école doit apprendre à s’exprimer. Plus que jamais l’école doit former l’honnête homme du XXIe siècle, à éviter les pièges du hoax, de la désinformation, de la propagation de la rumeur ; à trouver son chemin dans l’infobésité, à noter ce qu’il veut retenir et à l’organiser, à le partager avec ceux qu’il aime, et ceux avec lesquels il forme un réseau. C’est sur ces réseaux qu’il doit s’exprimer avec retenue, précision, élégance.
L’élève doit prendre conscience que le numérique n’est pas un lieu virtuel, échappant aux lois du monde, mais qu’il est l’épicentre de son monde : il y joue, il y travaille, il s’y renseigne, il s’y fait des amis, y place ses photos, lit, voit, écoute, etc. Il faut donc le sensibiliser à cet écosystème qui engendre des responsabilités : celui de la sécurité des données, celui de la persistance de ses propos, etc.

À mon sens, la question du code est la dernière qui doit se poser. La « technologie » n’est pas une fin en soi : au collège, apprendre ne serait que les rudiments du C++ ou d’un autre langage n’a aucun sens. Pour avoir envie de coder, il faut avoir envie, au préalable, de faire quelque chose, de construire un projet. Si on ne pense rien, si on n’a rien à dire, on n’a pas d’applications, pas de programmes à faire. L’école doit se garder de céder à l’illusion technologique : le numérique est partout, c’est un fait, mais comme les voitures. Et ce n’est pas pour cette raison que je veux absolument être mécanicien. En revanche, je veux savoir conduire, c’est-à-dire utiliser ma voiture et profiter de ses raffinements.

Savoir ce qu’il y a sous le capot est ensuite affaire de spécialistes. Ceux-ci peuvent être formés dès le lycée. Cela dit, on voit de temps à autre des collégiens intéressés par la question du code. De mon humble expérience, ils ne sont pas légion. Mais pourquoi ne pas leur permettre de suivre une option ? En revanche, généraliser cet enseignement, c’est encourir le risque de passionner autant les élèves qu’avec l’orthographe, ce serait trop abstrait.

 

Aucun argument pour

La consultation est fermée

2 arguments contre ∨

Florence Cousin
#696, le 07/02/2015 - 13:58

Je ne pense pas qu'il n'y ait pas d'intérêt à comprendre ce qu'il y a sous le capot (sinon à quoi sert la technologie?). Par contre, de là à ce que tout le monde apprenne à coder, non. Mais comprendre comment fonctionne Internet, dans les grandes lignes, me semble essentiel. Aussi bien au niveau des couches les plus basses et les plus techniques (mais comment la Chine fait-elle pour bloquer tout un pays? Pourquoi n'est-ce pas réalisable chez nous? que se passe-t-il si un morceau du réseau est coupé? etc... me semblent des questions intéressantes, non?),. Bien entendu, comprendre les enjeux au niveau économique, ou politique est crucial également, mais ce n'est pas possible si on ne comprend pas au minimum ce qu'il y a dessous. Vous pouvez comprendre la géographie ou l'économie sans un minimum de mathématiques? Non. Vous pensez que les élèves sont capables de trier l'information s'ils n'ont pas un minimum d'esprit critique, et notamment une bonne compréhension de ce qu'est la méthode scientifique? (pour ne pas trop facilement être abusés par les charlatans de tout poil). Franchement je ne pense pas.

Après que l'enseignement du "numérique" soit réparti dans différentes matières (techno, français, maths, géographie...),  ou regroupé (mais fait par qui?), cela ne me semble pas le plus important. Le plus important et de savoir à quoi on veut former les jeunes de demain. Franchement, si c'est pour continuer dans la direction du B2i, ou de ce qui se fait en primaire, ce n'est que gaspillage de temps. Les élèves tireraient un meilleur bénéfice d'approfondir les fondamentaux (français, maths...) avant qu'il ne soit trop tard....
 

flo_lafouch
#323, le 23/01/2015 - 21:29

Le code est pour moi l'affaire des pros. Quand je propose un catalogue en ligne des documents du CDI, personne n'a besoin de savoir comment j'ai saisi mes documents pour qu'il y ait des réponses aux recherches, c'est mon problème, pas celui de l'utilisateur !! Il me semble qu'on peut faire le parallèle avec le code dans une certaine mesure.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée