La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de mbens sur le débat « Le numérique et les compétences de demain ».

Retourner au débat

La contribution #442

mbens
#442, le 28/01/2015 - 13:38

Maîtriser ou subir le monde numérique

  

Le numérique est là, omniprésent dans nos vie personnelle et professionnelle. De mon point de vue, en tant que professeur, il est impossible d'ignorer leur existence dans nos pratiques. Pour autant, pour moi, le numérique est un outil comme un autre et non une finalité. Il est primordial de mettre en oeuvre des activités pédagogiques qui rendent les élèves maîtres de cet environnement numérique et non esclaves de celui-ci. Je veux parler de maîtrise intellectuelle et non de maîtrise technique.

En tant que professeur-documentaliste, j'utilise quotidiennement ces outils dans mes pratiques pédagogiques et j'observe aussi quotidiennement les élèves dans leurs pratiques "autonomes".

  • Les compétences que je privilégie lors séances pédagogiques sont :

- Lire, comprendre, restituer de manière personnelle une information. On peut utiliser l'outil numérique ou pas... mais ce sont des activités où il faut se concentrer, réfléchir, organiser sa pensée et, parfois, être créatif.

- Sélectionner des documents ou des informations, identifier leurs sources, exercer son esprit critique et confronter ses idées à celles des autres. On peut encore utiliser l'outil numérique ou pas... mais ce sont à nouveau des activités qui nécessitent de se concentrer, de réfléchir et de faire preuve de curiosité intellectuelle.

Le plus souvent, j'utilise le numérique, mais les compétences mises oeuvres privilégient la réflexion, la compréhension et la prise de distance. L'apprentissage de ces compétences nécessitent également du temps, beaucoup de temps. Or aucun cadre horaire obligatoire n'est prévu. Les professeurs-documentalistes sont totalement dépendants du bon-vouloir de leurs collègues et des situations locales plus ou moins favorables.

  • Les pratiques "autonomes" des élèves (dans le cadre autorisé au CDI) sont quasiment toujours :

- Jouer à des jeux qui nécessitent de réagir à un stimulus en cliquant (jeux de défi mathématique, par exemple)

- Copier-coller sans lire, sans comprendre et sans aucun recul critique un document pour répondre très vite à une commande scolaire. Les enseignants de disciplines sont souvent peu exigeants et peu sensibilisés à la notion de sources (identification et fiabilité) et de plagiat (copier-coller).

- Errer de sites en sites sur le portail du CDI sans jamais approfondir un sujet en particulier.

- Regarder des vidéos (Winz et Lou, Brain Pop, ...)

  • Les pratiques "autonomes" des élèves interdites au CDI que je peux observer sont :

- Jouer à des jeux violents (jeux de guerre) ou très stéréotypés (jeux de filles) très souvent en réseau. Ces jeux privilégient la réaction à des stimulus (attitude réflexe du cerveau).

- Chercher des "informations" sur les people (buzz, rumeurs) ou sur les objets de consommation convoités par les jeunes.

- Communiquer entre eux (dans une moindre mesure). Leur vie sociale réelle et virtuelle se mêlent au collège.

Les pratiques "autonomes" des élèves sont centrées sur des activités passives ou qui privilégient l'attention réflexe. D'où ma très grande réticence à l'ouverture d'espace numérique autonome non encadré. L'école n'est pas là pour encore et encore renforcer une certaine dépendance des jeunes aux écrans, mais pour les ouvrir au monde par d'autres pratiques.

Mes observations quotidiennes me montrent les difficultés d'un nombre important d'élèves à avoir une attention longue sur un sujet, en situation d'enseignement ou dans leur pratique autonome, et à prendre la distance critique nécessaire par rapport au flot d'informations qu'il subissent. De mon point de vue, c'est donc dans ces domaines-là que doivent se concentrer nos efforts de pédagogues. Je me méfie énormément d'une approche essentiellement techniciste du numérique à l'école. Elle apporte une réponse extrêmement réductrice aux enjeux de l'école pour donner aux élèves la maîtrise intellectuelle du monde numérique. J'ai appris à exercer mon esprit critique à l'école sans le numérique et cela m'a donné de solides outils intellectuels pour appréhender ce nouvel environnement. Les élèves d'aujourd'hui doivent avant tout apprendre à exercer leur esprit critique et développer leur capacité d'analyse avec ET sans le numérique pour ne pas en devenir esclaves.

Esprit d'analyse et de critique, capacité d'invention et de créativité, capacité de confronter ses idées à celles des autres sont absolument essentiels et sont déjà dans les programmes et les référentiels de l'Education Nationale. Mais quand et par qui cet enseignement est-il réellement fait ? Certains enseignants ont bien sûr à coeur de le faire. Malheureusement encore trop souvent, soit on continue de remplir des cerveaux, comme on remplirait des verres ; soit l'enseignement avec le numérique se limite à une approche technique ou pseudo-ludique vaine. On passe à côté des véritables enjeux.

Beaucoup de professeurs-documentalistes sont compétents et désireux de mettre en oeuvre une pédagogie autour de ces compétences en y intégrant le numérique, mais ont les plus grandes difficultés à le faire faute de cadre institutionnel suffisamment précis et contraignant.

NOUS SOMMES PRÊTS A LE FAIRE. DONNEZ-EN NOUS LES MOYENS  !

 

1 argument pour ∨

Christine Héranval
#542, le 02/02/2015 - 09:51

Tout à fait d'accord avec vous. Il me semble que l'évolution des pratiques justifie tout à fait que les professeurs-documentalistes soit impliqués de manière officielle dans le dispositif pédagogique.

Pas au coup par coup. Pas selon le bon vouloir des uns et des autres. Mais :

  • avec un programme
  • un temps annualisé d'heures enseignement info-documentaire par classe

J'exerce en lycée professionnel et je mesure combien les élèves ont besoin d'éducation aux médias.Il faut leur expliquer l'évolution des modes de communication. Il faut souligner l'utilité de certains outils : boîte mail, agrégateur, logiciels en lignes (lesquels, pourquoi, comment). Et leur montrer comment les utiliser.

Les recherches sur la toile : là encore, il faut leur expliquer les algorythmes de Google, les stratégies de marketing des sites, etc, etc, etc....

Qu'on ne me parle pas du B2i, les élèves que j'ai  en face de moi, en ont retenu que quelques bribes...

Il faut comme dans tous les enseignements les amener à renoncer à des idées reçues pour qu'ils commencent à construire leur savoir. Ce serait quoi cette nouvelle discipline inscrite au programme ? Une formule qui contiendrait certains mots comme communication, numérique, outils, services, information, recherche...

 

 

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

  • Gaelle Sogliuzzo
    le 04/02/2015 - 10:37

    Enseignement de l’information-documentation et ouverture à la culture informationnelle

    Article ou communication scientifique, actes de colloque ou conférence

    Le contexte de l’information numérique bouleverse de manière imprévisible et irréversible notre rapport au savoir, aux autres et au monde. Ce nouveau paradigme informationnel irrigue tous les champs, qu’ils soient économiques, scientifiques, politiques ou éducatifs, qui composent nos sociétés, modifiant en profondeur nos repères et nos pratiques culturelles. La compétence informationnelle est ainsi présentée par l’UNESCO comme indispensable aux hommes et aux femmes du XXIe siècle. La France, qui souscrit à ces enjeux internationaux, gagnerait à les inscrire de manière explicite et formelle dans les finalités de son système éducatif.

  • Gaelle Sogliuzzo
    le 04/02/2015 - 10:40

    Wikinotions infodoc

    Site internet

    Ce Wikinotions InfoDoc est un projet collaboratif piloté par la FADBEN (Fédération des Enseignants documentalistes de l’Éducation Nationale) destiné à préciser le contenu d'un enseignement en information documentation.

    Il s'agit, depuis novembre 2013, d'une nouvelle version du Wikinotions développé en 2010, avec un changement d'outil, une plus grande ouverture aux contributions, la volonté de compléter le travail effectué autour des notions. La liste des notions proposée sur la droite de chaque page, peut évoluer également : elle constitue une base de départ pour la rédaction collaborative. Cet outil cherche à associer acteurs de terrain et chercheurs dans la définition de notions essentielles et la mutualisation de pistes pédagogiques sur ces mêmes notions. Une page spécifique permet de retrouver l'ensemble des références associées à l'information-documentation.

  • Gaelle Sogliuzzo
    le 04/02/2015 - 10:40

    Vers un curriculum en information-documentation

    Article ou communication scientifique, actes de colloque ou conférence

    1RE PARTIE : les bases de réflexion pour la construction du curriculum.

    Nous nous proposons pour débuter de faire le point sur le contexte dans lequel prend forme la réflexion sur le curriculum, au sujet de « l’information-documentation » et de « l’éducation aux médias et à l’information » (EMI). En effet, la construction d’un curriculum dépend étroitement des priorités et perspectives du Ministère de l’Éducation nationale, mais également des évolutions des travaux scientifiques associées aux contenus spécifiques concernés par le curriculum. Le cadre de réflexion ne peut, et surtout ne doit pas exclure ces éléments essentiels qui posent la légitimité et l’évolution d’un tel chantier bénéfique aux élèves. En regard des travaux scientifiques et avec le recul nécessaire, très riche, lié aux apports des sciences associées au développement psychologique et cognitif des élèves, une observation statistique des pratiques des professeurs documentalistes complète les bases d’une réflexion sur la construction du curriculum en information-documentation.

    CHAPITRE 1 : Un contexte politique et scientifique favorable.
    CHAPITRE 2 : Ressources didactiques et références.
    CHAPITRE 3 : De l’informatique, du médiatique et de l’informationnel
    CHAPITRE 4 : Penser les niveaux scolaires et cognitifs des élèves

    2E PARTIE : L’état des lieux de l’information-documentation dans les programmes.

    Dans la construction d’un curriculum en information-documentation, on ne part pas de zéro. Les pratiques pédagogiques sont développées à partir de programmes qu’il convient d’analyser, afin d’en voir les intérêts et les limites pour pouvoir proposer des améliorations, relatives à la mise en exergue d’une progression dans l’enseignement spécifique de l’information-documentation. Le travail de distribution des notions, dans le secondaire, à partir de l’expérience des professeurs documentalistes et des réflexions relatives au développement psychologique et cognitif des enfants, permet de mieux réfléchir aux liens à consolider entre les notions ciblées et les apprentissages de l’école primaire.

    CHAPITRE 5 : L’information-documentation à l’école maternelle et élémentaire - Etat des lieux et perspectives
    CHAPITRE 6 : Enseignement de l’information-documentation - Lecture critique des programmes de collège.
    CHAPITRE 7 : Enseignement de l’information-documentation - Lecture critique des programmes du lycée

    3E PARTIE : Des enjeux à la programmation et à l’organisation des apprentissages.

    Les analyses précédentes portent sur les ressources professionnelles, sur les questions sémantiques et pédagogiques, sur les pratiques et théories relatives à l’information-documentation et au développement cognitif de l’élève, et sur les cadres théoriques actuels de l’Éducation nationale. Elles permettent de proposer une trame programmatique, étape primordiale dans la mise en place d’un curriculum. Cette proposition précède des considérations indispensables sur l’évaluation de ces apprentissages et sur leur organisation concrète, avec le souci d’éléments qui prennent sens dans la continuité des réflexions proposées.

    CHAPITRE 8 : Les programmes de l’information-documentation au collège
    CHAPITRE 9 : Les bases communes de l’information-documentation au lycée
    CHAPITRE 10 : Évaluation : des contenus pédagogiques au tronc commun
    CHAPITRE 11 : L’organisation d’un enseignement de l’information-documentation

    CONCLUSION

La consultation est fermée