La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de deky dreulkar sur le débat « Le numérique et les compétences de demain ».

Retourner au débat

La contribution #340

deky dreulkar
#340, le 24/01/2015 - 13:16

le réel et non le déni

peut-on empêcher un humain de penser ? non ! sauf bien sûr si on le tue physiquement ou psychologiquement par des pressions telles qu'il peut en effet ne plus réussir à penser.

partant du principe qu'on ne peut pas empêcher un humain de penser on ne peut pas l'empêcher de concevoir, d'élaborer cela s'appelle aussi l'évolution. je ne souhaite pas revenir à la préhistoire et avoir à laver les draps à la main. Mais l'agriculture industrialisée et intensive nous rend malade. on ne sait plus ce qu'on peut manger. Même cinq fruits et légumes par jour nous ne sommes pas sûrs d'entendre dans les minutes qui suivent des abus, des dysfonctionnements de tous ordres pour faire de la croissance et du bénéfice au détriment de la santé et de la confiance. et même si on n'entend ces annonces on constate les maladies à cause de la pollution de l'environnement, alimentaire, air, et mentale.

un jour un être vivant parce que son cerveau a évolué à améliorer son quotidien par le feu et l'outil. Pourtant encore aujourd'hui il est indispensable qu'il apprenne l'existence de l'autre, des autres et ne viennent pas voler la nourriture des voisins ni l'espace où ils vivent. c'est parce que des êtres vivants ont voyagé que la Terre s'est peuplée. Et tous ont dû s'adapter au climat où ils vivaient. Et tous ont eu nécessité de croyances (des dieux, un dieu, pas de dieu, le cosmos, des mythes ect) face au mystère de la vie et de la fin de vie.

donc les nouvelles technologies, le numérique. 

si des hommes pensent, des gens appelés scientifiques, ingénieurs, techniciens, observent, suggèrent et analysent. élaborent construisent testent fabriquent j'espère que dans cette méthologie il y a aussi l'évaluation à court terme à moyen terme à long terme et tenir compte de la concertation des non scientifiques et du réel au quotidien et des vrais besoins....et pour continuer leurs travaux ils ont besoin d'argent donc ils s'adressent aux personnes qui ont la richesse financière et signent des contrats. et là intervient une notion réelle aussi celle de ceux qui ont pensé aussi à faire fructifier leur argent....frais d'investissement = but = bénéfices.

donc quels sont les bénéfices du numérique et pour qui ? et comment ?

y-a-t-il des limites au fait de penser certes mais à l'utilisation de cette pensée dans son intérêt personnel............jusqu'à quel point on oublie que des êtres vivants par l'évolution ce sont rendus compte de la nécessité de règles de vie et de lois dans l'intérêt de chacun et de tous. améliorer le quotidien est une belle chose mais l'utilisation de la publicité et du marketing par des gens qui pensent aussi et ne s'appuient pas sur les mêmes critères que les autres et s'envolent dans des fantasmes magiques et perlinpin...n'oublions pas que le marketing utilisent aussi les savoirs et connaissances des sciences humaines pour son bénéfice. comment poser un cadre, des limites, comment empêcher toutes les dérives par ces nouvelles technologies qui sont pourtant très utiles pour certaines choses.

donc le numérique.

cette techonologie, qui s'est imposée par différents moyens pensés et réfléchis par certains dans nos vies....,doit en effet être utile réellement et ne doit pas faire oublier ni humilier ni maltraités toutes les personnes de tous âges qui malheureusement pour elles, et pour les autres, ces personnes qui sont électrohypersensibles (ehs). l'utilisation d'arguments comme "ils ont une maladie psychiatrique ou une phobie aux nouvelles technologies" doit cesser. Ceci divise au lieu de rassembler. ceci crée de la méfiance des uns et des autres. ceci ne donne pas à nos enfants nos ados et nos jeunes majeurs de pouvoir penser sereinement, de pouvoir se concentrer, de pouvoir bénéficier de la cohérence que nous devons avoir nous les adultes plus âges que l'on soit parents enseignants citoyens chomeurs actifs chefs d'entreprises ect...un tel comportement ne permet pas non plus le réel vivre ensemble. l'utilisation du numérique pourquoi pas à  l'éducation nationale pourquoi pas mais à bon escient, dosée, et sans oublier ce qu'un enseignant (un vrai) en chair et en os (et compétent) apporte à l'élève. il doit être tenu compte de cette réalité aussi des ehs....c'est complexe certes mais vivre est complexe. l'utilisation de la wifi téléphone sans fil 4g ect ect ect ect porte atteinte à des individus de tous âges et pourrait devenir un jour ou l'autre une catastrophe sanitaire si l'on persiste à ignorer cela pour la réalisation de ce projet. Le réel et non le déni. Merci pour cettte concertation nationale.

Aucun argument pour

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

Ghislain Messe
#368, le 25/01/2015 - 14:33

Vous confondez la technologie et la manière d'agir de l'homme.

 

C'est l'utilisation de la technologie qui peut être mauvaise et donc par conséquent l'homme qui est mauvais et non pas la technologie ou l'invention de l'homme qui est mauvaise.

Pourquoi ne remettez-vous pas en question l'invention du couteau pour couper les légumes pour le simple fait que d'autres hommes ont tué avec ce méme couteau ? 

Ceux qui sont les plus critiques du numérique sous prétexte que cela nous déshumanise, utilisent le plus souvent une technologie qui provoque plus de morts que la guerre : l'utilisation de l'automobile. 

Préférez-vous qu'on en reste à l'automobile actuelle qui provoque près de 4000 morts par an dans notre seul pays ou bien préférez-vous que nous utilisions des automobiles autonomes qui provoquent moins de 100 morts par an ?

 

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée