La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de yann4201 sur le débat « Le numérique et les compétences de demain ».

Retourner au débat

La contribution #24

yann4201
#24, le 20/01/2015 - 15:39

Ajouter le développement logiciel aux programmes scolaires

De la même façon que les programmes scolaires contiennent la SVT ou l'Histoire qui nous aident à comprendre le corps et le monde dans lequel nous vivons, il me semble essentiel que les jeunes puissent comprendre le fonctionnement des technologies qui nous entourent de plus en plus.

Comment démystifier l'outil informatique sans en aborder le fonctionnement interne ? Comment apréhender la complexité de ces logiciels (qui paraissent tellement simples et en plus sont gratuits de nos jours) sans mettre "la main à la pâte" ? Comment avoir les idées de demain si les logiciels d'aujourd'hui sont de la "magie" pour nous ?

L'enseignement de l'informatique est malheureusement souvent réduit à l'enseignement de l'outil informatique (maitrise de Word et PowePoint) qui sont un aspect utile de notre vie, mais non essentiel. Il faut pouvoir créer les startups de demain qui iront concurrencer les géants comme Google et Amazon. Tant que nous (Français) nous contenterons de dénigrer ces géants américains, le monde continuera de se faire sans nous.

Il me semble essentiel que les enfants apprennent à programmer comme ils apprennent les maths, du CP à la terminale. Les programmes doivent aborder les bases et ne pas uniquement se focaliser sur des problèmes mathématiques (suites de Fibonacci...) au risque de décourager ceux qui ont des difficultés en maths mais pourraient briller en développement logiciel.

Aujourd'hui enseigner la programmation peut se faire avec très peu de moyens (pas de licences logicielles à acheter...). Reste à :

  • former des professeurs au développement logicel et/ou à 
  • former d'anciens ingénieurs en logiciel à la pédagie.

4 arguments pour ∨

JMB
#926, le 18/02/2015 - 00:42

Enseignée correctement, la programmation est un véritable "jeu sérieux", où des compétences utiles partout ailleurs se développent de manière forte.

Entre autres (d'autres commentaires sont plus complets que le mien), je pense à toutes les compétences nécessaires à la résolution de problèmes / organisation de tâches. Un ordinateur est bête, il faut lui "expliquer" précisément et sans approximation ce qu'il doit faire. Si on s'applique cette manière de faire à soi-même, on gagne dans beaucoup de domaines de la vie de tous les jours, quel que soit le niveau.

Mais pour que cela rentre sans problème, il faut que ce soit avant tout ludique, et ce n'est pas un enseignement "théorique" de l'algorithmique qui donnera ce goût.

Est-ce un enseignement à dispenser à tout le monde ? je suis convaincu que oui, il serait injuste de priver telle ou telle catégorie de population de compétences utiles au quotidien.

Tout le monde sera-t-il passionné ? non, mais c'est le lot de beaucoup d'enseignements tout aussi utiles, et on peut raisonnablement espérer que les bases données un jour puissent ressortir face à une situation nécessitant leur activation.

 

 

Damien P.
#291, le 23/01/2015 - 13:57

Pour les arguments contre :

  • Est-ce que j'ai besoin de savoir comment fonctionne un câblage en série ou en parallèle pour utiliser mes ampoules chez moi ? Non. Pourtant on étudie cela en physique au collège.
  • Est-ce que j'ai besoin de connaitre le théorème de Pythagore ou celui de Thalès pour faire mes courses ? Non. Pourtant on les apprend en mathématiques au collège.
  • Et pour l'argument sur les années 80, combien d'enfants avaient un ordinateur à la maison à cette époque ? C'était il y a 35 ans... Le célèbre Windows 3.1 n'était même pas encore sorti. Soyons un peu réaliste. Aujourd'hui les enfants ont des tablettes, des smartphones, des ordinateurs. L'informatique n'est plus facultative !

 Alors bien sûr qu'il ne faut pas faire apprendre du C++ ou du Java à un enfant de primaire ou de collège. Mais il faut leur enseigner l'algorithmique. Cette façon si particulière de réfléchir pour résoudre un problème. Car oui, l'algorithmique permet à l'enfant d'utiliser tout un tas de compétences fondamentales pouvant etre réutilisés par la suite dans les autres matières.

Des exemples ?

  • Modéliser : L'élève qui écrit un algorithme permettant de mettre un nom commun au pluriel apprend à modéliser. Il utilise un langage formel pour décrire un phénomène.
  • Abstraire : L'élève qui écrit un programme qui permet de trouver la sortie d'un labyrinthe va se rendre compte qu'en fin de compte le labyrinthe qu'il soit végétal, en pierre ou que ce soit une suite de carrés, les algorithmes permettant de trouver la sortie sont les mêmes. Il apprend ainsi à se focaliser sur les éléments pertinents. Dans le cas d'un labyrinthe, la liste des carrefours et des couloirs.

 Il y a d'autres exemples (que vous pouvez retrouver dans le lien plus bas). Tout ce travail peut etre réalisé avec une simple feuille de papier et un crayon. Parce que l'algorithmique ça commence d'abord par une réflexion (Cours et exercices) et ensuite on peut visualiser le résultat grace à un ordinateur (Travaux pratiques).

Je vous invite à lire les esquisses de programmes Informatique pour l'école primaire et le collège ici : http://www.societe-informatique-de-france.fr/2014/01/programme-ecole-college/ réalisées par le groupe ITIC-EPI-SIF à la demande du Conseil supérieur des programmes.

Kenseiden
#173, le 21/01/2015 - 21:54

Il faut arrêter de se voiler la face. Le monde d'aujourd'hui est numérique et connecté et le monde de demain sera robotique, domotique et surtout algorithmique. Je sais que ça fait peur à beaucoup de monde et pour des raisons qui peuvent être compréhensibles (augmentation du chômage, déshumanisation, ...). La machine va à terme remplacer l'homme dans énormément de tâches, dans les usines (c'est déjà  le cas), dans les maisons de retraite ( robot Peeper , Asimo, ...) dans les transports (google car, drône Amazon, ...) Mais ce n'est pas de la science fiction, ce sera  la réalité de nos jeunes dans 20 ans maximum. Sans aller jusqu'aux implants neuro-numériques (quoique), la technologie sera bien plus présente dans 20 ans qu'actuellement. C'est inéluctable et il va falloir si adapter. Je suis moi même professeur de mathématiques et je suis effaré par immobilisme des programmes scolaires de ce côté. A quand un apprentissage de la programmation à tous niveaux. La programmation c'est l'antithèse des maths modernes. Un apprentissage concret pour une utilisation concrète et immédiate. Apprendre la programmation c'est travailler la logique de l'esprit, apprendre à résoudre des problèmes, à communiquer, à s'adapter à différentes situations, qui vont bien au delà de l'informatique. On a perdu la bataille des ordinateurs individuels dans les années 80 (MO5, ...), celle de l'internet dans les années 90, il ne faut pas louper celle qui a déjà commencée, sinon la France est condamnée à disparaître dans le monde de demain (économiquement, mais politiquement fatalement aussi). Il faut que nos enfants (et nous mêmes) arrêtions d'être des consommateurs (changer d'I phone tous les 6 mois, utiliser des tablettes pour uniquement jouer à Candy crush, ...) et qu'ils deviennent des acteurs du numériques.Chacun selon leurs possibilités, mais jamais esclaves de la machine. Le smartphone n'est pas une baguette magique. C'est bien de savoir qu'on peut le réparer plutôt que de le changer. Et je ne pense pas que nos emplois sont vraiment menacé si la France devient une grande nation du numérique. Au contraire, avoir des ingénieurs et techniciens compétents en robotique permettra de faire revenir les outils de productions en France. Il faudra de plus maintenir et réparer les robots de services que l'on trouvera dans tous les foyers. Nous n'avons aujourd'hui pas les compétences pour faire réparer nos smartphones en France. Ne gâchons pas les compétences futurs par d'inutiles querelles et mettons le paquet sur ses nouveaux apprentissages ( sans qu'ils remplacent les anciens, une culture humaniste est d'autant plus importante à apprendre face à des IA).

Pour finir, car j'ai été trop long. Regardez un peu ce que fait le MIT avec Scratch (je pense que code,org s'en ai un peu inspiré, non ?) ou pour la France le site france-ioi et arrêtez de penser que la culture informatique est élitiste (ou pire, réservée à des Geeks). Des gens se bougent sans attendre que les programmes changent.

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout

Un petit tour sur notre site, si je ne vous ai pas trop ennuyé :

La Fabrique à Robots

Ghislain Messe
#128, le 21/01/2015 - 14:34

Une bonne initiative a été lancée avec le site www.code.org. Je l'ai utilisé l'année dernière et cette année avec des classes de sixième. Les élèves ont adoré.

La programmation c'est juste une façon de penser. Si on est capable de programmer on est capable de réfléchir et inversement.

La plupart des inventions qui ont changé le monde ces dernières années, l'ont été dans le domaine numérique : Ordinateur individuel, Internet, Wikipédia, l'iPhone, l'iPad.

Ce n'est pas un monde étrange, c'est notre façon de manipuler les informations.

Les notions abordées en Mathématiques sont si pointues que très peu de personnes les utilisent, même dans les métiers scientifiques.

Il faut simplifier les Mathématiques et remplacer ce que l'on a enlevé par de la programmation, où chaque élève vient avec son appareil et programme, qui un jeu, qui une application d'information, qui un calculateur etc.

 

La consultation est fermée

6 arguments contre ∨

Véronique Misery
#777, le 10/02/2015 - 15:53

Bonjour

Je reprends l'image parfaitement adaptée d'un contributeur précédent : il n'est pas nécessaire de connaitre le fonctionnement d'un moteur de voiture pour savoir l'utiliser.ett heureusement.

En 80, l'informatique se développait beaucoup (j'ai une formation initiale en nformatique). Ont été introduit en programme de CM2 (oui, oui, ce n'est pas une erreur), les bases (base 2, 8  etc...) au motif que les ordinateurs "calculaient" en binaire. Quelques générations, qui avaient déjà bien du mal à apprendre des tables de multiplication en base 10, ont ainsi été contraintes d'apprendre à calculer en base 2, 3 etc... Heureusement, cela n'a duré que quelques années !

Ne tombons pas à nouveau dans ce travers. Le monde de demain ne sera pas fait que d'informaticiens.

 

Bertrand Collet
#191, le 22/01/2015 - 10:01

Focaliser sur comment ça fonctionne risque vraiment de nous faire passer à côté de l'essentiel, les capacités à agréger et à combiner des utilisations numériques au service d'un projet.

Je rejoint pleinement Frédéric Chotard, avec une autre image : Est-il nécessaire d'être mécanicien pour profiter pleinement d'une voiture ?

Jean-Francois PILLON
#156, le 21/01/2015 - 18:52

L'expérience a déjà été menée dans les années 80. La programmation en basic (plusieurs versions) et en logo était plus ou moins abordée par les enseignants du primaire, en maternelle on programmait la fameuse tortue jeulin ou le big track si on avait moins de moyens (ce matériel a été jeté ou remisé au grenier depuis longtemps). Certains élèves étaient passionnés ; pour les autres, c'est à ranger avec les souvenirs hypothétiques des fameuses maths modernes.

Proposer des actvités facultatives, des clubs à des élèves interéssés, oui mais les imposer à tout le monde, non !

Frédéric Chotard
#100, le 21/01/2015 - 10:46

Si l'on suit cette logique, on ne pourrait pas exploiter de vidéo en classe sans que les élèves aient d'abord une connaissance fine du mode de fonctionnement d'un téléviseur?... Il y a dans cet argument un risque de mélange entre la connaissance de l'outil et la compréhension de sa portée.

Samuel JOSEPH
#67, le 21/01/2015 - 03:40

Il faut enseigner l'informatique aux enfants. La maitrise de la programmation est un atout indispensable pour se démarquer dans le marché de l'emplois et ce, quelque soit le secteur. 

Tout se numérise ! Votre maison, votre voiture, votre travail.

Les prochains enjeux du marché se joueront dans l'innovation, les startups et la transversalité des compétences avec tronc commun ; l'informatique. 

Donc, je soutiens les propos Mr Yann .

Nier cette évidence serait fatal pour notre pays. Pour une fois, il serait bien d'anticiper les besoins, nous avons les moyens.

Olivier V.
#42, le 20/01/2015 - 21:02

Bonjour Yann4201,

Il ne s'agit pas d'un argument contre mais le logiciel ne permet pas de vous répondre simplement. Il s'agit plutôt d'une reflexion sur vos propos et ceux d'autres personnes qui ont une vision proche de la votre.

Pourquoi toujours penser que sans informatique, point de salue. L'informatique va-t-il faire de nous des individus plus intelligents ?

L'important n'est pas, selon moi, l'outils mais la curiosité et la confiance que l'on transmet (enseignants, parents, ami(e)s, connaissances...) aux élèves.

Car voyez-vous, les Curie, Einstein, Pascal, Galilé, Lavoisier, Ampere, Rutherford, Vinci et bien d'autres ont bouleversé la vision du monde que nous avons et pourtant...ils ne disposaient pas de tablettes, ni d'ordinateurs. C'est un grand mystère, que je ne m'explique pas.

 

 

 

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée