La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Jean-Pierre Archambault sur le débat « Le numérique et les compétences de demain ».

Retourner au débat

La contribution #163

Jean-Pierre Archambault
#163, le 21/01/2015 - 20:03

Pourquoi et comment un enseignement d'informatique pour tous

P { margin-bottom: 0.21cm; }A:link { }

L'informatique, science de la représentation et du traitement de l'information numérisée, est au coeur du numérique, comme les sciences physiques le sont au coeur de l'industrie de l'énergie et la biologie l'est au coeur du vivant. A ce titre, elle est la clé de la compréhension du monde numérique en construction.

Dans cette contribution, après avoir rappelé qu'à la rentrée 2012 a été créé en Terminale S un enseignement de spécialité optionnel « Informatique et sciences du numérique » et, qu'à la rentrée 2013, un enseignement d'informatique a été mis en place pour tous les élèves des classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques, nous reviendrons sur le débat « discipline ou pas ?

A partir du paradoxe existant qui veut que, omniprésente, et cela de plus en plus, dans la société, l'informatique est encore peu présente dans l'enseignement scolaire, de l'école au lycée, en passant par le collège, et d'une précision sémantique numérique/informatique, nous examinerons les enjeux de l'informatique et du numérique au prisme des missions de l'École (former l'homme, le travailleur et le citoyen).

Nous rappellerons comment l'École donne une culture générale. Nous donnerons des éléments sur les contenus à enseigner. Nous rappellerons le caractère non immuable de la culture générale scolaire qui évolue et qui, à notre époque, ne peut que comporter une composante informatique, science et technique. Nous mentionnerons la contribution spécifique des sciences à la citoyenneté et ferons référence au rapport de l'Académie des Sciences « L'enseignement de l'informatique en France – ll est urgent de ne plus attendre ».

Nous ferons état des évolutions et des convergences et terminerons par la problématique de la formation de tous les enseignants, une formation diversifiée car il y a différents statuts éducatifs de l'informatique et du numérique (objet et outil d'enseignement).

Il faut « fixer un cap » (un enseignement d'informatique pour tous les élèves et la question essentielle de la formation des enseignants, l'informatique devant avoir pour son enseignement, comme les autres disciplines, son Capes et son agrégation), A partir de là, le pragmatisme impose une montée en charge réaliste mais soutenue.

http://www.epi.asso.fr/revue/articles/a1405e.htm

3 arguments pour ∨

Dom68500
#1028, le 04/03/2015 - 17:30

Alors oui à l'informatique en tant que tel avec une matière enseignée tout au long du collège à raison d'une heure hebdomadaire ...

La France a devant elle un défi tant économique que social ou encore sociétal et comme pour de nombreuses matières enseignées, il faut "hisser" le niveau pour donner un bagage suffisant à nos enfants.

Comme le rappelle encore aujourd'hui la Cour desComptes, une réforme est nécessaire au collège afin de "réduire le poids de la tradition disciplinaire" : commençons peut-être par les matières scientifiques en regroupant au collège la SVT, les Sciences physiques et la Technologie qui ont des points communs, pour faire naître une nouvelle matière "informatique" réellement nécessaire.

C'est à ce prix que le "Numérique" au collège pourra impulser une nouvelle dynamique à l'école !

 

Olivier Rougier
#875, le 16/02/2015 - 10:31

Dans l'insdustrie on embauchera un pro de Cathya pour modeliser des pièces et systèmes mécatroniques complexes, et on embauchera un pro des bases de données pour gerer des requêtes clients specifiques, par exemple chez un opérateur telephonique. Leurs compétences sont différentes et non transposables. On voit donc bien que l'informatique a des sous domaines précis et qu'il n'y a pas de base commune mis à part le terme trop généraliste d'informatique. Donc a ce titre si il doit y avoir un enseignement des bases de l'informatiques ce dernier ne doit pas être morcelé et découpé maladroitement sur plusieurs disciplines. Il parait donc plus judicieux qu'un enseignement specifique informatique soit dispensé par un enseignant donné, qui sera à même d'inculquer les bases communes et par là même développer une culture informatique qui permettrait par la suite aux élèves de se tourner vers une spécificité particulière de l'informatique ( modelisation du réel, base de données, reseaux, communication....)

Nos politiques semblent vouloir révolutionner l'éducation à coup  de numerique ici et là, soit, mais alors il faut qu'ils en donnent clairement les moyens et faire enseigner l'info par differents professeurs non specialisés c'est faire de l'esbrouffe et des economies de bout de ficelles....de l'effet d'annonce à mon goût. Mettre en place des enseignants d'informatique et ce dès le collège ou revoir les programmes de technologie pour que l'informatique soit enseignée en tant que telle, là c'est de l'évolution, c'est une révolution et ce n'est pas une economie mais un investissement durable.

Florence Cousin
#713, le 08/02/2015 - 07:33

En effet, assez de faire enseigner l'informatique par des professeurs d'autres disciplines. Non, la mathématique, ce n'est pas l'informatique. On peut éventuellement former les professeurs motivés ET compétents, mais ils ne le sont pas tous. Je connais de bons mathématiciens qui sont mauvais en informatique, d'autres sont excellents.

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

flo_lafouch
#327, le 23/01/2015 - 21:47

Encore une fois il est proposé ici d'ajouter une couche. Les emplois du temps ne sont-ils pas assez chargés? N'y a-t-il pas assez de disciplines cloisonnées? Non la culture numérique humaniste ou technique (admettons que cette dernière soit utile) doit transcender tout cela.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée