La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Syntec Numérique sur le débat « Le numérique et les compétences de demain ».

Retourner au débat

La contribution #1111

Syntec Numérique
#1111, le 09/03/2015 - 12:53

De l'urgence d'agir

Syntec Numérique a salué de la convergence de vue de notre écosystème, du monde éducatif et de la sphère politique sur la nécessité d’enseigner l’informatique avec une démarche ciblée dans chaque cycle et de diffuser à l’école la littératie numérique. Cette convergence résonne en écho aux propositions formulées par Syntec Numérique en janvier 2014 pour un plan national de formation, pour et par le numérique, afin d’accélérer la diffusion des compétences nécessaires dès le plus jeune âge : initiation au numérique à l’école primaire dans le programme et dans le cadre du temps périscolaire, généralisation de l’ISN à toutes les filières, information sur les métiers du numérique (…)

L’ouverture précoce aux grands concepts de la science et technique informatique est essentielle, et répond à deux enjeux majeurs :

  • donner aux élèves les clés de compréhension monde qui les entoure et leur permettre de devenir des acteurs de cet écosystème et non plus de simples consommateurs du numérique ;
  • permettre aux élèves d’accéder aux nombreux emplois futurs pour lesquels la connaissance des savoirs numériques sera indispensable

Les Français croient aux vertus du Numérique…

Les Français sont convaincus de l’intérêt et de l’impact de l’apprentissage du numérique, voulu par le Président de la République. Le numérique à l’école est perçu comme une priorité par les Français, et aujourd’hui les pouvoirs publics sont invités à agir, non pas à seulement poursuivre des « expérimentations ». D’après un récent sondage ODOXA-Syntec Numérique, les Français ont pleinement conscience que la diffusion du numérique à l’école permet de conjuguer :

  • un bénéfice direct pour l’insertion professionnelle pour 87% des sondés
  • un impact direct sur la constitution d’un esprit critique pour 76% des sondés

Ils expriment une  attente forte,  que l’Education Nationale doit consacrer définitivement en intégrant le numérique dans ses enseignements par la création d’une matière dédiée à son apprentissage, option plébiscitée par 58% des Français.

Cette diffusion du numérique à l’école répond à la nécessité d’insertion, sociale et professionnelle, des jeunes, mais également à la constitution d’une génération citoyenne en prise avec la modernité.  Nous appelons de nos vœux une mobilisation générale des entreprises, de l’ensemble des acteurs (organisations professionnelles, ministères, communes et politiques)  pour que les actuelles grandes déclarations de principe soient déclinées en actions concrètes et d’envergure !

Un retard constaté, un déploiement a réalisé

Or,  dans cette même enquête, 70% des français considèrent que notre pays est plutôt en retard que les autres pays développés en matière de numérique à l’école.

Syntec Numérique appelle donc de ses vœux le passage des déclarations aux actes, et interpelle les pouvoirs publics afin qu’ils agissent concrètement et largement, au-delà des expérimentations, demandes de rapports et consultations diverses. En effet, nous constatons que la mise en œuvre du grand plan sur le numérique à l’école annoncé par le Président de la République en septembre 2014 tarde à se concrétiser. L’impulsion publique, au regard de la manière dont est organisé le système éducatif, est déterminante à la création un appel d’air pour soutenir un écosystème e-éducatif en cours de consolidation. Ce plan est par ailleurs une opportunité pour les entreprises de l’écosystème numérique français et donc aussi être envisagé dans la perspective d’une politique industrielle de soutien à des champions nationaux capables d’exporter.

La transition numérique concerne toutes les dimensions de la formation : ce qui est enseigné (informatique, littératie, humanités numériques, etc.), les méthodes d’enseignement (projet, essai-erreur, etc.), les supports d’enseignement, les formes d’évaluation (notamment via l’analyse des données éducatives et les services adaptative learning et learning analytics) et de certification, les compétences visées, les nouveaux canaux pour délivrer la formation (enseignement à distance, MOOCs, etc.). Afin d’être efficace, ce plan doit  anticiper toutes ses mutations et leurs conséquences induites.

 

Aucun argument pour

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée