La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Laurence Grut sur le débat « Le numérique et la réduction des inégalités ».

Retourner au débat

La contribution #931

Laurence Grut
#931, le 18/02/2015 - 12:48

Le numérique, dans une école idéale : oui, dans l'école d'aujourd'hui : non

Dans une école idéale où :

- le nombre d'élèves par classe serait inférieur à 25,

- la formation des enseignants ET des parents à l'usage du numérique serait effective,

- l'équipement des familles et des établissement atteindrait 100%,

- les ressources financières de l'Etat seraient pléthoriques et autoriseraient de fait un investissement massif dans le numérique,

l'utilisation du numérique serait sans conteste bénéfique à tous (élèves, enseignants et parents). Il permettrait tout ce qui est suggéré dans l'enquête accompagnant cette consultation et avec quoi on ne peut qu'être d'accord.

Néanmoins, dans l'école actuelle, déjà tellement inégalitaire et tellement pauvre en moyens, le numérique ne ferait qu'accroitre les inégalités, entre les établissements, entre les familles et entre les élèves et ne peut être considéré comme une réponse aux défis de l'éducation.

En effet, à ce jour, les classes "tablettes" au collège par exemple sont un échec : absence de contenus pédagogiques (les élèves transportent, en plus de leurs livres, la tablette, accroissant encore le poids démesuré des cartables), absence de formation des professeurs (la tablette n'est quaisment pas utilisée dans un objectif scolaire), absence de formation des parents qui, dans un certain nombre de cas, ne peuvent aider leurs enfants (en tout cas le peuvent encore moins qu'à partir de manuels scolaires). Conséquence, la tablette est quasiment excusivement utilisée pour jouer ou pour surfer sur internet, au détriment de l'écoute des professeurs pendant les cours (multiplication des observations données aux élèves et accroissement des écarts de résultats), au risque d'accéder à des contenus inappropriés ou d'entrer dans des cercles de harcèlement (aucune formation n'est donnée aux élèves sur l'approche et l'usage d'internet et des réseaux sociaux, préalablement à leur remise de l'équipement) et à l'encontre des échanges et du partage (chacun joue dans son coin, de plus en plus isolé dans son monde virtuel).

La priorité aujourd'hui n'est pas d'équiper les élèves et les établissements outils numériques. LA priorité est de donner aux enseignants et professeurs les moyens de faire correctement leur métier, à savoir :

- réduire le nombre d'enfants par classe et investir massivement dans le recrutement (au lieu de cela, on assiste, année après année à la réduction des dotations horaires des EPLE),

- financer la formation des enseignants (au lieu de cela, on assiste à la réduction des crédits de formation),

- accroitre les moyens affectés à l'aide des élèves en difficultés et ce, dès le plus jeune âge (au lieu de cela, le nombre de RASED, d'AVS ne cesse d'être diminué).

En tant que mère d'élèves (primaire et collège), je ne nie aucunement les bénéfices ultimes du numérique, mais considère que l'école actuelle ne peut malheureusement pas se permettre d'en faire une priorité. Si l'on souhaite que tous les enfants apprennent à lire, à écrire et à compter, donnons nous les moyens humains adéquats.

Si nous voulons une société plus égalitaire, dans laquelle le civisme redeviendrait une valeur partagée, alors n'isolons pas nos enfants derrière des écrans mais au contraire encourageons les échanges "réels" avec leurs camarades, avec leurs professeurs et au sein de leurs familles.

 

 

1 argument pour ∨

Ben B dikt
#984, le 25/02/2015 - 20:52

"Lutter contre les inégalités, c'est aussi assurer une répartition équilibrée des élèves issus de différentes catégories sociales entre les établissements. Ainsi, la loi de refondation de l'École de la République impose au service public d'éducation de veiller à la mixité sociale des publics scolarisés au sein des établissements. Pour cela, les services départementaux de l'éducation nationale devront nouer avec les conseils généraux et métropolitains de nouvelles collaborations, notamment pour contribuer, là où cela semblera favorable à une meilleure mixité, à la définition d'un secteur commun à plusieurs collèges. La recherche de mixité sociale sera également prise en compte lors de l'élaboration de la carte des formations des lycées généraux, technologiques et professionnels."

ceci est issu de la circulaire de rentrée 2014 et résume la priorité : assurer une MIXITE dans les établissements scolaires. est-ce que l'usage du numérique aide à ramasser les détritus qui volent dans l'école que jouxtent les poubelles collectives du quartier? le numérique va-t-il assurer des conditions de vie décentes à tous les élèves ainsi qu'un bâtiment scolaire qui ne soit pas l'éloge de la laideur? 

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée