La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Pascal PLANTARD sur le débat « Le numérique et la réduction des inégalités ».

Retourner au débat

La contribution #798

Pascal PLANTARD
#798, le 11/02/2015 - 21:26

Inégalités éducatives et usages du numérique : que dit la recherche ?

Au sein du GIS M@rsouin et du CREAD, mon équipe mène des travaux de recherche sur les questions d'E-éducation et d'E-inclusion depuis 1997 en Bretagne (et moi depuis 1986). Voilà quelques réflexions issues de ces recherches de terrain.

A partir de l’ANR INEDUC :

Forte corrélation entre parcours scolaires, numériques et de loisirs.

Usages des ados contrastés socialement mais aussi en fonction des territoires sur 3  critères :

  • offre socio-technique (THD…)
  • socialisation secondaire (par les pairs)
  • socialisation parentale (voir article pour les Cahiers Péda).

Sur-stigmatisation des familles populaires avec des pratiques numériques consuméristes (TV, jeux, internet…) => aliénation VS éducation.

A partir de la recherche sur Collèges connectés :

Travail sur les SEGPA est en plein développement (St Brieuc, Brest, Lorient et Vannes)

Réelles compétences et appétences des jeunes par rapport au numérique

Avec la question de la « légitimité » à transposer ces compétences sur les plans scolaires et professionnels (poursuite dans ANR Capacity avec les Fab Lab dans les quartiers).

La réduction des inégalités est territoriale.

Sur travaux de recjerche sur l’E-inclusion :

Recherche sur les jeunes SDF de Rennes :

1 – Distinction

2 – 3 tribus (clochards, zonards, galériens)

Inquiétude sur les galériens : plus jeunes, violents, décrocheurs socio-scolaires, usages très limités, desocialisation extrême, démission parentale… Raccrochage numérique ?

Recherche sur les jeunes en situation de handicap mental de Bretagne :

1 – Pouvoir de dévoilement

2 – Effet « tablette »

3 – Ré-agencement des institutions et des professionnels

4 – Ré-agencement parental

Recherche sur les migrants primo-arrivants à Lorient :

1 – Pouvoir de dévoilement = apprivoisement + acculturation

2 – Pouvoir de lien : réseau de solidarité

 

Propositions :

Travailler le Pharmakon ;-)

Questionner la notion de « fracture numérique » (voir : Plantard, P. (2011). [dir.], Pour en finir avec la fracture numérique. Limoges : Fyp.)

1 - Transformer les représentations stigmatisantes des familles « pauvres » qu’ont les autres adultes à partir de la transformation des représentations du Numérique.

Mettre en place des projets éducatifs numériques qui permettent la continuïté entre les familles et l’école.

Sur l’Ex classique du voyage scolaire suivi sur les RSN => pensez à l’accompagnement des familles en difficulté socio-numérique par des « médiateurs » numériques.

2 – Mobiliser les territoires avec une approche systèmique et coopérative :

Arréter de considérer :

  • l’éducation populaire comme supplétive
  • l’éducation spécialisée et le travail social comme concurrents
  • le politique local comme un embarras mais comme un atout.

Avant de penser « association agréée par l’éducation nationale », penser territoire apprennant, ville éducative… (ce qui n’empêche pas la démarche d’agrément) sur des projet de dynamisation éducative des territoires par le numérique. Dans les autres domaines (Ex : French Tech), le numérique devient le catalyseur des dynamiques de territoires… que l’éducation suive le mouvement en termes d’innovations sociales et éducatives pour lutter contre les inégalités.

Ex : les cartes subjectives dans les quartiers populaires.

Formation des enseignants :

En orientant les projets numériques vers la lutte contre la pauvreté et les inégalités, ont re-légitime cette fonction de l’école républicaine au détriment du processus de reproduction sociale. Cela peut fonctionner comme un « booster » politique au niveau national mais surtout sur les territoires.

Formation initiale : encourager les projets pédagogiques numériques ayant un objectif social (voir humanitaire) en réseau des étudiants des ESPE (Pourquoi pas un concours de type « solidarités numériques » dans l’éducation – On aurait le soutien de la DUI, de l’Agence du Numérique et des nombreuses Fondations ;-).

Formation continue : hybrider des formations sur ce thème avec un suivi en ligne de type Prof Lab ou Analyses des pratiques pédagogiques. Importance de la recherche-action.

Formation des cadres : SHS et pilotage de projet +++

Question de l’intégration de l’éducation aux médias et aux cultures numériques dans l’enseignement morale et civique.

Aucun argument pour

La consultation est fermée

1 argument contre ∨

P. D.
#922, le 17/02/2015 - 23:23

Baratin pour dupes.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée