La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de sophie sur le débat « Le numérique et la réduction des inégalités ».

Retourner au débat

La contribution #438

sophie
#438, le 28/01/2015 - 10:24

Et le handicap dans tout cela? Des idées pour leur réussite...

Je suis étonnée que dans ce thème, il ne soit pas mentionné la corrélation entre le numérique et les enfants "dys". Il serait judicieux de proposer davantage d'ordinateurs à des enfants ne pouvant pas trouver un moyen de communiquer leurs compétences autrement que par un ordinateur. J'ai vu maintenant, au bout d'un temps certain d'enseignement des enfants souffrants, déboutés du système scolaire parce qu'ils n'ont pas d'AVS, d'ordinateurs pour travailler quotidiennement. Je souligne aussi que le temps entre la mise en place d'un dossier MDPH et les premières décisions, il se passe une année de souffrance pour l'enfant, qui est souvent incomprise par ses enseignants, ses "copains" de classe,puis encore un temps fort long pour qu'il soit nommé une avs, parfois il n'y en a pas (j'ai le cas dans mon établissement) et l'octroi d'un ordinateur. Mais alors comment apprendre à l'enfant à utiliser l'outil? Et on continue à démotiver l'enfant... Des idées? Pourquoi ne pas répertorier ces enfants dys et les suivre réellement avant qu'ils arrivent sur le marché du travail sans qualification ou si peu? Certains chercheurs n'ont pas assez d'enfants pour faire évoluer leurs recherches parce qu'ils ne savent pas où les trouver... Pourquoi ne pas faire des liens entre l'INSERM, l'Education nationale, le CNDP, les médecins des inspections pédagogiques.

Pourquoi ne pas demander aux firms informatiques de céder les ordinateurs portables dont les consultants sont dotés tous les deux ans contre une aide étatique handicap en déduction d'impôts ou une diminution du nombre d'handicapés dans l'entreprise (j( n'ai pas dit annulation attention). Cette idée semble être abandonnées...

Pourquoi ne pas faire des annales handicapés qui pourraientt être utilisées par les enseignants, et les parents, mises en ligne sur Eduscol?Pourquoi ne pas faire une charte précise transmise aux parents et aux enseignants sur l'utilsation de l'informatique aux examens? Les informations sont difficiles à s'appropriées. Pourquoi ne pas faire des claviers numériques pour écrire un cours de math, même les enseignants trouvent que c'est fastidieux de réécrire un cours de math pour le diffuser sur un tni ou en ligne? Il est fondamental aussi de ne pas faire tout notre enseignement sur le visuel et de négliger les autres sens. Certains enfants sont auditifs et le numérique est là pour les aider à progresser. Pourquoi ne pas avoir un support auditif sur les manuels accessibles à tous. Ce temps qui passe alors qu'on estime qu'il y a un enfant par classe dans ce cas....

3 arguments pour ∨

Ben B dikt
#985, le 25/02/2015 - 20:58

je confirme, comme enseignante spécialisée je suis scandalisée qu'on estime que l'équipement puisse être un avantage. dans ce cas on retire les lunettes aux hypermétropes puisque c'est un avantage!!!!!!!

ce n'est pas un avantage c'est une compensation. 

les équipements sont très nettement insuffisants , j'ai dans ma classe deux vieux ordinateurs et pas de connexion internet, donc je dois télécharger des documents et les préparer pour faire travailler mes élèves dessus, mais ce n'est pas la peine que j'y passe mes nuits puisque de toutes façons avec deux PC ils n'y ont pas accès en même temps . on peut imaginer que le numérique qui se développe aiderait, mais je doute que cela soit possible puisque cela devait DEJA être fait pour des élèves ayant des dossiers MDPH, alors si même les élèves AVANTAGES n'ont pas assez d'équipements, que peut-on espérer concrètement pour les autres?

 

sophie
#553, le 02/02/2015 - 15:23

Mais je suis carrément dans ce profil avec un enfant dyspraxique en 5e, pas de nouvelle de la mdph depuis un an : j'ai acheté un ordi à mon fils qui ne "surnage"  que grâce à cet outil, mais depuis le début de l'année, je ne l'ai pas vu utiliser une fois son ordi pour faire une évaluation...  on m'explique qu'on n'a pas le temps de lui faire un controle pour lui tout seul, qu'il serait avantagé (mais oui). Donc si on équipe tout le monde, tout le monde serait avantagé et on réduirait les inégalités, c'est dans ce sens que j'ai écrit ce texte.on demande à ce que les élèves rendent leurs devoirs sur traitement de texte, on peste assez sur les écritures illisibles, les fautes d'orthographes.. Avec le traitement de texte, aucune excuse (ou beauucoup moins..).. Les américains vont dans ce sens, et désacralise l'écrit :  pourquoi pas nous? Qui fait encore une lettre manuscrite ? Comme m'a dit la psychomotricienne  : à partir du moment où il est capable d'écrire son nom... 

Laëtitia B. AED
#552, le 02/02/2015 - 14:31

Je suis tout à fait d'accord. L'handicap 'dys' est mal géré dans l'éducation nationale. On a découvert à mon fils qu'il est était dyslexique et dysorthographique en classe de 6ème. J'ai pesté les professeurs d'école de ne pas avoir découvert son handicap avant en école primaire. Le problème est que les enseignants ne sont pas formés à ses handicaps. Pendant toute sa 6ème, je me suis renseignée sur son handicap par les sites spécialisés et par son orthophoniste. Mon fils etait souvent mis de côté dans sa classe, par ses camarades (tu fais trop de fautes donc tu ne rends pas ton exposé, fait en groupe) et par certains enseignants. A la rentrée en 5ème, j'ai pris une initiative en transmettant un courrier à tous ses enseignants pour expliquer son handicap et ses réactions émotives à l'exclusion de la classe. Le 1 er trimestre s'est bien passé. Certains enseigants ont joué le jeux en mettant sur la clé usb de mon fils leurs cours afin de pouvoir les retravailler (police d'écriture, couleurs) et les imprimer. Par contre, les enseignants utilisent très peu le site ENT de l'établissement pour transmettre les cours aux élèves en difficulté ou même absent. Donc, j'ai acheté une clé usb à mon fils, pour obtenir quelques cours en numérique. Je comprend très bien que c'est une containte pour les enseignants, mais nous parents, ça nous permet de ne pas être isolé face à son handicap. Par contre, je vois mon fils s'épanouir dans les matières : la technonologie, les sciences et le dessin et il a l'aise à l'oral dans les langues, y compris le français. Il analyse bien les documents. Il ne reste pas sur le cursus scolaire. Je regret un peu que l'éducation national freine ses enfants dys par un programme rigide, car ils sont très doué dans d'autres domaines, surtout dans la reflexion de leur environnement. Ma fille qui a 1 an d'égard et qui n'est pas dys, ne se pose pas autant de questions sur son environnement. Le numerique pour ses enfants serait une très bonne chose, mais l'éducation nationale n'arrive déjà à équiper ses enfants prioritaires pour acquérir un ordinateur portable. Une amie à son enfants Dyspraxie est à due acheter elle même un pc portable pour son fils car son dossier est toujours en attente depuis 1 an. Comment equiper tous les élèves alors qu'on a déjà du mal à equiper des elèves en difficulté ?

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée