La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de mle-baleur sur le débat « Le numérique et la réduction des inégalités ».

Retourner au débat

La contribution #35

mle-baleur
#35, le 20/01/2015 - 18:41

Eduquer avant tout

Aujourd'hui, tous les foyers, quelque soit leur niveau social, ont accès au numérique : internet, tablette, PC, ... Mais tous n'ont pas le même accompagnement. Libre accès sur tablette personnelle contre ordinateur familiale avec contrôle parental ; jeux, réseaux sociaux, streaming, youtube, ... ou applications éducatives, wikipédia, écrits collaboratifs, ressources institutionnelles ... La réelle inégalité n'est plus dans l'équipement des familles mais dans son utilisation.

L'enjeux actuel n'est plus d'apprendre à utiliser un outil que les élèves maîtrisent parfois mieux que les enseignants, mais de connaître son potentiel éducatif. Il y a peu, il fallait éduquer au médias, ils nous faut maintenant éduquer au numérique.

 Le Domaine 2 : adopter une attitude responsable devrait être l'axe central du B2i.

5 arguments pour ∨

sophie
#440, le 28/01/2015 - 11:34

Je pense que l'outil numérique est formidable. Mais il est parasité non seulement par la sérendipité, par le jeu, mais aussi par le fait que lorsque l'on en a assez d'une discussion par exemple, on se déconnecte. Les élèves ne reconnaissent pas cet objet ludique qu'ils ont en cours. Pourtant il doit y avoir une solution : on leur passe des films à l'école et ils savent que c'est pour travailler, pourtant je ne ressens pas le réinvestissement pour l'informatique. des idées????

S.J.
#298, le 23/01/2015 - 16:28

Je rajouterai que par exemple mettre des devoirs ou toutes autres aides et informations en ligne peut aider les élèves certes. Mais faut-il encore qu'ils veuillent aller les chercher. L'autonomie est alors indispensable, ou alors une intervention de la famille en ce sens. Par exemple, dans notre établissement, nous mettons sur une plateforme les corrections détaillées des évaluations de maths. Chaque élève y a accès. Nous corrigeons en classe ce qui nous semble le plus important, pour le reste, les élèves peuvent aller chercher le document (quand ils sont chez eux, ou en étude, ou au CDI...) sur la plateforme. Ils peuvent ensuite nous poser des questions. Des statistiques nous permettent de savoir combien d'élèves (et qui) la consulter. Et là on s'aperçoit qu'il y en a très peu (pas ceux qui en aurait besoin d'ailleurs...). Même chose pour la grille d'évaluation de l'histoire des arts par exemple. Bien peu sont curieux de connaître les critères d'évaluation pour s'y préparer. D'où l'idée que sans autonomie, mettre des docs en ligne ne servira à rien, si ce n'est du temps de perdu pour le prof qui fait les docs et les mets en ligne.

Dernière chose, j'ai une collègue qui enseigne en ZEP dans un établissement super équipé au niveau numérique. C'est très bien mais malgré toute la bonne volonté de l'équipe éducative, les élèves s'en fichent. Ils ne sont pas motivés et avec ou sans numérique, le fait de devoir travailler les rebute. Alors imaginez le bide quand on leur demande un travail extrascolaire avec ou sans numérique...

Pour moi, le numérique ne sera en rien LE remède pour réduire les inégalités. Elles se jouent sur tout autre chose à commencer par la motivation et le sens de l'effort, inconnus pour certains élèves. D'où une éducation à leur apporter en ce sens, pour qu'ils puissent ensuite réellement utiliser le numérique à bon escient, qu'elle que soit leur cadre familial, social, culturel et scolaire.

mle-baleur
#266, le 23/01/2015 - 11:02

équipement numérique des foyers français (en 2013 !) 82%. Aujourd-hui, il est estimé à plus de 90%. Sans oublier les smartphones (omniprésents chez nos ados) qui offrent une connexion internet et ne sont pas comptabilisés.

http://www.observatoire-du-numerique.fr/usages-2/grand-public/equipement

 + rapport du CREDOC :

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=3&ved=0CDEQF...

 

Isabelle Dufrêne
#51, le 20/01/2015 - 23:20

100% d'accord, nos élèves sont équipés techniquement, notre défi c'est de les équiper intellectuellement, qu'ils puissent comprendre les informations qu'ils reçoivent, les traiter, savoir quelles sont leurs sources, où trouver des informations fiables, comment protéger leur vie privée... Comment vivre dans ce monde numérique?

Luciel
#201, le 22/01/2015 - 10:57

Tout à fait d'accord,

La fracture numérique est un choix, souvent générationnel, ou une fatalité géographique (zone rurale) et seulement très rarement une consequence de la pauvreté.

http://www.zdnet.fr/actualites/france-deux-foyers-sur-10-n-ont-pas-d-acc...

La consultation est fermée

5 arguments contre ∨

christophe maury
#981, le 24/02/2015 - 20:53

Dans les grandes agglomérations il y effectivement une majorité de foyers ayant accès au numérique, mais loin de celles-ci cela peut changer.

Je peux en parler en connaissance de cause, étant passé de la banlieue parisienne à un DOM, il y a encore beaucoup de foyer qui n'ont pas accès à internet. Pour des raisons financières ou culturelles. Toutes les familles ne se sont pas "numérisées".

 

            Concernant l'utilisation des moyens numériques il faut effectivement essayer de faire passer nos élèves de pratiques de consommation à des pratiques réfléchies.

flo_lafouch
#366, le 25/01/2015 - 14:31

Sylvie tout à fait d'accord avec vous. En revenche l'école peut réorienter les élèves : CDI de l'établissement, CIDJ, CIO, médiathèques, EPN, BU etc. Les lieux ne manquent pas pour avoir accès à un accès à des postes connectés hors des cours. Evidemment je ne parle pas des élèves à moitié SDF, sans papier, du voyage etc qui n'auront peut-être pas l'énergie de se déplacer matin et soir des ces lieux (pourtant bien au chaud!). Mais là le problème dépasse largement les compétences de l'éducation nationale qui doit coopérer avec d'autres services et ministères.

Géraldine
#133, le 21/01/2015 - 16:23

Je ne suis pas d'accord quand vous dites que les élèves maitrisent parfois mieux que les enseignants les outils numériques. Certes ils y ont souvent accès à la maison et de façon souvent très libre et incontrôlée; mais à l'école je me rends compte qu'ils ne connaissent pas les bases (navigation sur internet, recherche d'information, manipulation du clavier et de la souris...)

L'entrée dans le numérique devra s'accompagner d'une formation spécifique des enseignants à produire des contenus (c'est ma formation initiale et elle a pris 3 ans!), ainsi que de la formation des élèves aux bases de l'informatique et des médias. La route sera longue...

Sylvie Duczynski
#107, le 21/01/2015 - 11:11

Non, tous les foyers n'ont pas accès au numérique.

La très grande pauvreté existe, et s'étend. La fracture se creuse. En tant qu'enseignant, il faut en tenir compte.

Muriel Epstein
#110, le 21/01/2015 - 11:28

Je suis d'accord avec vous sur le fait que certains foyers n'ont pas accès au numérique mais le rôle de l'école est, de mon point de vue, de compenser ce problème: la fracture se creuse certes mais il ne s'agit pas seulement d'en tenir compte, il s'agit de "reboucher".

Par exemple, en facilitant l'accès au numérique dans le collègue ou le lycée pour des élèves qui n'y ont pas accès chez eux.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée