La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Maxence Devigne sur le débat « Le numérique et la réduction des inégalités ».

Retourner au débat

La contribution #261

Maxence Devigne
#261, le 23/01/2015 - 10:39

Les Organisations devrait proposer plus de formule étudiants

Ce que je veut dire par formule étudaints c'est par exemple le fait de proposer certains service éducatif mois cher pour les étudiants et les établisement par exemple les étudiants peuvent avoir la suite Office de microsoft gratuitement grâce à DreamSpark http://www.microsoft.com/france/etudiants/telecharger/logiciels-gratuits... mais faudrait aussi que les chef d'établisements pensent à inscrire leur établisement sur les differents site permettent ce genre de chose. Donc là une question se pose :

Est ce de la faute des chef d'établisement qui ne sont pas au point ou est ce de la faute des organisations propsant leurs service trop cher ?

1 argument pour ∨

sophie
#457, le 28/01/2015 - 20:30

certains enfants , mais aussi des enseignants n'ont pas les moyens d'investir dans des logiciels et du matériel. j'ai déjà renoncé à un projet parce qu'il me coutait trop cher. Je devais acheter un logiciel pour le tester , me l'approprier avant d' effectuer une séquence.j'ai laissé tombé... je me suis déjà acheté une tablette,pour faire des essais dans mon lieu de travail, je ne peux plus suivre, c'est dommage...

La consultation est fermée

4 arguments contre ∨

LaurentQ
#1036, le 05/03/2015 - 16:55

Il est globalement plus efficace d'utiliser des logiciels libres (disponibles pour tous) et de les faire financer (au bénéfice de tous) par nos structures publiques, plutôt que de mettre des barrières financières à l'education au profit de sociétés pratiquant l'optimisation fiscale.

Thierry Munoz
#683, le 06/02/2015 - 21:00

Pourquoi vouloir à tous prix utiliser des logiciels propriétaires payants alors qu'il existe des équivalents libres et gratuits ? Où serait l'émancipation ?

Au contraire, les apprenants doivent connaître des principes de fonctionnement d'un outil plus qu'une marque, sans être liés à un éditeur : utiliser un tableur ou un traitement de texte ne signifie pas obligatoirement travailler avec Microsoft. La suite libre LibreOffice permet les mêmes choses tout en favorisant le partage (formats ouverts). Et qu'on ne vienne pas dire "Mais en entreprise on utilise tel ou tel logiciel" : c'est de moins en moins vrai. Feriez-vous le même genre de raisonnement avec des marques de stylos ? Dans les entreprises, on utilise majoritairement des BIC alors à l'école on doit écrire avec des BIC ?

De plus, l'école quoi qu'on en pense à un rôle de prescripteur (les éditeurs l'ont bien compris en cherchant à y entrer) car les élèves/parents veulent les mêmes outils à la maison.
Rappel : à un moment Microsoft proposait sa suite gratuitement aux enseignants. Était-ce de la philanthropie ? Ne soyons pas dupes.

Lucie Lebeau
#454, le 28/01/2015 - 15:47

En fait, Dreamspark ne propose même pas Microsoft Office (Word, Excel, Power Point): http://www.microsoft.com/france/etudiants/telecharger/logiciels-gratuits...

 

flo_lafouch
#361, le 25/01/2015 - 14:03

Ce n'est pas "la faute à". C'est structurel, le système éducatif se traîne : manque de culture numérique des hauts cadres, fossé entre équipements et accompagnement etc. Google, Microsoft & Co savent que l'éducation est un milieu juteux, tout comme le savent les éditeurs scolaires qui ne veulent surtout pas que nous passions au tout numérique. Pour le moment c'est eux qui nous "dominent" car nous ne négocions pas à grande échelle : leurs offres sont juste des appats pour que nos élèves, futurs consommateurs, les connaissent et s'y identifient, prennent leurs habitudes numériques avec eux. Ce n'est en aucun cas philantropique ! A nous donc d'inverser cette tendance ou de créer aussi bien qu'eux ou encore d'investir le libre.

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée