La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

Vous êtes sur la page de contribution de Nicolas Cazenave sur le débat « Le numérique, un facteur d’ouverture de l’école à son territoire et à son environnement ».

Retourner au débat

La contribution #76

Nicolas Cazenave
#76, le 21/01/2015 - 08:50

Les savoirs numériques des élèves au service de l'emploi sur leur territoire

Former les éléves au usages du numérique est devenu incontournable pour leur propre avenir.
Mais faut il cloisonner ces savoirs et usages uniquement au sein de la classe jusqu'à leur sortie dans le dur monde du travail ?

Chaque établissement, chaque éléve, participe, sur leur territoire, à la vie ultra-locale avec tous les autres acteurs associatifs, économiques et institutionnels. 

Sur ces territoires 97% des entreprises sont des "très petites entreprises" qui ne bénéficient pas aujourd'hui de la révolution numérique. Par manque de moyens, de compétences et de temps.

Les associations locales si utiles sont également souvent démunies face aux évolutions numériques.

Utiliser l'intelligence collective des éléves pour imaginer, proposer, former et créer des innovations et des usages pour ces acteurs locaux permettraient de les aider à rentrer pleinement dans l'ère numérique.

Nos forces vives locales se meurent chaque jour car ils n'ont pas su s'adapter à temps à cette immense révolution.

Proposer et créer de vrais projets éducatifs autour des usages numériques à des classes entières en travaillant sur des modèles économiques, des services ou des produits réels d'acteurs locaux, leur permettraient de participer activement à sauvegarder et developper les emplois de leurs ainés.

Une sorte de service civique du numérique pour les élèves en leur donnant une vraie possibilité de créer et réaliser des projets concrêts dont ils pourront voir les résultats rapidement autour de chez eux.

Sortir de l'école, apprendre, participer, être utile, partager ses savoirs. Ils sont jeunes, ils sont innovants, ils sont une force immense qui pourrait facilement être mise au service de l'emploi qui en a vraiment besoin aujourd'hui.

2 arguments pour ∨

PierretteL
#516, le 31/01/2015 - 15:00

Pourquoi pas ? Après tout, chacune des parties peut apporter à l'autre.

cette idée : "Une sorte de service civique du numérique pour les élèves en leur donnant une vraie possibilité de créer et réaliser des projets concrêts dont ils pourront voir les résultats rapidement autour de chez eux." me paraît intéressante si elle permet que s'établisse un dialogue qui fasse grandir, chacun reconnaissant les compétences et savoirs de l'autre et les accueillant comme tels.

Par exemple, le stage en entreprise des élèves ne peut plus être le moment où on "découvre l'entreprise" au sens purement technique ( 20 postes d'ordinateurs, unbureau de gestion, 4 photocopieuses) et où -dans le meilleur des cas- on monte un petit programme ou on utilise l'outil de gestion pour faire entrer des données ; mais le moment où l'entreprise et l'Ecole se mettent d'accord pour développer certaines compétences psycho-sociales des jeunes, autour du numérique : communiquer efficacement via les outils numériques utilisés dans l'entreprise, avoir une pensée critique, etc. Combien d'entreprises sont prêtes à relever le défi ?

SABRINA CALIAROS
#185, le 22/01/2015 - 06:32

Il ne s'agit pas de se contenter de son territoire mais de l'enrichir pour pouvoir le nourir d'autres expériences.

L'école a vocation à s'ouvrir bien entendu mais s'intéresser à son lieu de vie ne suppose pas se fermer à d'autres influences...Il faut des racines pour avoir des ailes...

La consultation est fermée

3 arguments contre ∨

Patrick77
#664, le 06/02/2015 - 16:28

Dire que les très petites entreprises ne se sont pas encore ouverte à l'univers numérique, alors que je vois des professeurs ou du personnel administratif de l'éducation dépassé lorsqu'il s'agit d'ouvrir un PDF. qui ne savent pas régler leurs projecteur, qui ne remplissent l'ENT que 3 fois par ans parce qu'il ne faut pas trop leurs en demandé, continue à faire des photocopies pour dispenser leur cours !!!! On croit rêvé.

Si les très petites entreprises ne sont pas encore ouverte au numérique, vient peut-être du fait qu'un peintre n'a pas trouvé l'icône "pinceau" sur son smartphone, qu'un ravleur n'utilise pas l'application niveau de sa tablette, qu le jardinier à beau cliquer sur pluie, c'est pas le smartphone qui arrosera la pelouse.

On va jusqu'à marcher sur la tête lorsque l'on voit une pub RENAULT pour son traffic "ultra connecté" et les pouvoirs publics qui sortent des lois pour les interdire.

Si la VÉRITÉ sort de la bouche des enfants, on voit vite qui ne les écoutent pas !

bNach
#187, le 22/01/2015 - 09:11

Si j'ai bien compris, l'idée serait de demander aux élèves d'informatiser les sociétés.

En tant qu'ancien responsable informatique je pense que c'est une erreur.

  • Il faut de l'expérience pour dimentionner une infrastructure.
  • Une entreprise a besoin de suivi et de support.
  • Qui serait responsable en cas d'erreur et de perte de productivité ?
  • Que peut-on exiger des enfants en terme de confidentialité des données ?
pagitau
#123, le 21/01/2015 - 12:56

L'être humain est mondial, je trouve très réducteurs de se contenter de "son territoire"

Parce que mon territoire n'a aucune entreprise en raport avec le biologie, je n'aurais pas la possibilité d'avoir une aussi bonne formation dans ce domaine qu'un autre élève ?

Non, l'éducation doit rester , au minimum, nationnal, et pourquoi pas un jour européenne.
 

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée