La période de participation est maintenant fermée. Merci à tous d'avoir participé.

La contribution #668

Patrick77
#668, le 06/02/2015 - 17:34

Vers une consultation locale pour une meilleure implantation nationale.

Comme nous l'a démontré la loi Peillon sur la réforme des rythmes scolaires, il ne faut pas développer une loi nationale difficilement applicable uniformément en France.

Si l'équipement numérique revient à la région, au département aux municipalités, toutes n'ont pas les même facilités budgétaires. Comment comparer l'installation dans des zones où l'ADSL arrive à peine et d'autres déjà passée à la fibre. Certains établissements scolaires auraient peut-être même beaucoup à gagner en passant par les connexions satéllitaires.

Pour ce, ils seraient peut-être judicieux que le cahier des charges de l'implantation numérique dans les établissements soient effectuées lors de consultations locales avec des représentations à part égale des représentants de l'éducation nationale, des parents d'élèves, des collectivitées locales concernées et des acteurs économiques locaux participants à ces projets.

Tout les établissements de la maternelle à l'IUT seraient réunis lors de ces assemblées pour diminuer les coûts tout en tenant compte des besoins de chacuns. 

A part égale car aucune des parties ne doit imposer son point de vue aux autres.

Dans les collectivités locales, il y aurait une place pour les représentant de l'état, qui finance en grande partie ces implantations.

Des équipements supplémentaires pourraient être financés séparément par les acteurs locaux.

Une enveloppe globale serait proposé par l'état, complétée par les acteurs locaux suivant l'orientation des choix.

Par exemple, 

  • il pourrait y avoir un choix sur la qualité du matériel au détriment de l'entretien, au risque que le matériel ne soit pas aussi fiable que sa réputation,(le surcoût serait alors à la charge des décisionnaire). Inversement, achat d'un matériel moins onéreux, mais avec une enveloppe sur la maintenance plus important, avec la possibilité de voir la fiabilité du matériel supérieur à sa réputation et ainsi faire des économies, (il resterait à permettre la requalification des subventions pour les utiliser sur d'autres postes, voyages scolaires par exemple).
  • Choisir d'équiper les établissements de rétroprojecteur au lieu de vidéoprojecteur ou mettre en place des écrans géants ou tactile et interractive comme la dernière présentation microsoft

Il est évident que des établissements à vocation technologique n'ont pas les mêmes besoins en la matière qu'un établissement à vocation professionnelle, sans pour autant qu'ils en soient plus important, simplement différents.

De même d'une maternelle à l'autre, suivant qu'il s'agisse d'une maternelle avec une ou plusieurs classes par section et une autre avec une seule classe ayant toutes les sections regroupées dans un petit village.

Beaucoup d'équipement différents, 
Beaucoup de situation géographiques différentes,
Beaucoup d'implantation différentes, (ancienneté des établissements)
Beaucoup de diversité de financement, (acteurs économiques implanté fortement dans le numérique et abaissant le coût de transport, entre autre)

Beaucoup de choix différents qui ne peuvent être pris correctement en compte que par les acteurs locaux afin de diminuer les dépenses inutiles.ttio

Aucun argument pour

La consultation est fermée

Aucun argument contre

La consultation est fermée

Aucune source déposée

La consultation est fermée